Complément d'enquête, France 2

VIDEO. 17 000 escort girls de 18 à 70 ans dans plus de 1 000 villes françaises : "Complément d'enquête" a dressé une cartographie de la prostitution en ligne

Ces maisons closes sont virtuelles, mais pas les bénéfices qu'elles engendrent… Dans toute la France, des escort girls vendent leur corps via des sites internet et font gagner des millions à leurs proxénètes. Après onze mois d'investigations et grâce à un programme informatique spécialement conçu pour l'occasion, "Complément d'enquête" a obtenu une cartographie et des données précises sur la prostitution en ligne. 

Des prestations sexuelles en tous genres proposées sur la toile contre des "roses" (comprenez : des euros)... Il s'agit d'un code mis en place par certaines plateformes web pour contourner la loi : tirer profit de la prostitution est passible de sept ans de prison et 150 000 euros d'amende. En 2020, le "plus vieux métier du monde" se cache à peine pour prospérer sur internet. 

Pendant onze mois, "Complément d'enquête" a travaillé sur les deux principaux sites d'escorting, soupçonnés par la police d'être des maisons closes virtuelles. Ses investigations mettent au jour les énormes bénéfices générés par ce type de site. Les plus gros proxénètes se cacheraient-ils désormais derrière la toile ? 

Un programme de datajournalisme élaboré spécialement pour cette enquête

Voici comment l'équipe du magazine a procédé : deux ordinateurs, achetés spécialement pour l'occasion, sont restés branchés 24 heures sur 24 tout au long de cette enquête, pour passer au crible les deux sites. "Complément d'enquête" s'est adressé à un jeune crack en informatique pour qu'il conçoive un programme de datajournalisme.

Victor a mis au point une sorte de robot qui simule un utilisateur humain de façon à collecter toutes les données échangées sur ces deux sites, appelés A et B. Cette collecte donne "une idée claire de combien de prostituées sont dans quelle ville, partout en France", explique-t-il. Elle renseigne aussi sur leur âge, leur nationalité… Autant de données précises obtenues en toute légalité, puisqu'elles sont publiques.

Une cartographie précise de la prostitution en ligne dans toute la France

D'après les données, les 17 000 femmes inscrites sur ces deux sites sont en majorité françaises, âgées de 18 à 70 ans. Elles vendent leur corps dans 1 208 villes à travers le pays. Ce procédé a permis d'obtenir une cartographie précise de la prostitution en ligne. On peut voir qu'elle s'étend sur toute la France, de Paris aux villes moyennes comme Besançon, et jusqu'aux communes rurales telle Beauvoir-sur-Niort, 1 752 habitants.

Des sommes vertigineuses : 7,5 millions d'euros de chiffre d'affaires en moins d'un an

Le programme permet, enfin, de compter au centime près les sommes générées par les abonnements de Lola, Deborah (qui ont témoigné pour ce document), et toutes les autres qui paient pour être référencées par les deux sites. Des sommes vertigineuses.

Exemple : mi-septembre 2019, pour le site A, on arrive à 2 670 710,35 euros de chiffre d'affaires ; pour le site B, 1 373 501,67 euros. Soit un total cumulé d'environ 4 millions d'euros en six mois. Le robot a continué à calculer pendant les cinq mois suivants. Au mois de février 2020, les sites d'escort A et B avaient généré près de 450 000 euros. Au total, en onze mois, 7,5 millions d'euros de chiffre d'affaires…

Extrait de "Escort girls, 'sex tours' : les maisons closes du net", un document de "Complément d'enquête" à voir le 12 mars 2020.