Prostitution : les clients poursuivis

À Narbonne, dans l'Aude, les gendarmes multiplient les verbalisations contre les clients de prostituées pour lutter contre les réseaux proxénètes.

France 3

Les gendarmes de Narbonne (Aude) sillonnent quotidiennement une route départementale très fréquentée par les prostituées. Le flagrant délit est la seule solution pour verbaliser leurs clients. Sur le bord de la chaussée, ils repèrent une voiture rouge, immédiatement reconnue par le commandant de la compagnie. Le temps de faire demi-tour et un véhicule noir revient déjà, la prostituée ne risque rien, elle le sait, mais son client sera verbalisé. Une fois à la brigade, les gendarmes le rassurent. Aucun courrier ne sera envoyé à son domicile, son audition se fera à huis clos. Il confesse avoir du mal à comprendre cette verbalisation.

Décourager les réseaux

En un an, en France, une contravention sur dix a été donnée ici, à la gendarmerie de Narbonne. Le procureur de la République veut décourager les réseaux proxénètes et dénonce les conditions qu'ils imposent. Certains réseaux sont partis, les prostituées que nous rencontrons le long des routes déclarent être indépendantes. Elles racontent qu'elles se cachent depuis que la loi est appliquée.

Une jeune femme que nous avons rencontrée a refusé de parler, mais nous donne un préservatif sur lequel est inscrit le numéro d'une amie du planning familial que nous retrouvons pour qu'elle parle en son nom. "Personne ne les voit, s'il se passe quelque chose, c'est compliqué", explique-t-elle. Sur le papier, des aides doivent permettre aux prostituées de quitter le bord des routes, de se réinsérer. Mais cette partie de la loi de 2016 n'est pas appliquée. 

Le JT
Les autres sujets du JT
(TRULS BREKKE / AFP)