Cet article date de plus d'un an.

Nord : à la maison d’arrêt de Douai, des détenus se forment au métier de boulanger

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
À la maison d’arrêt de Douai, les détenus apprennent à pétrir et à cuire du pain frais.
Nord : à la maison d’arrêt de Douai, des détenus se forment au métier de boulanger À la maison d’arrêt de Douai, les détenus apprennent à pétrir et à cuire du pain frais. (France 3)
Article rédigé par France 3 - A. Moreau, S. Gurak, B. Weill
France Télévisions
France 3
Malgré la flambée des prix, boulanger reste un métier d'avenir. Il y a eu plus d'ouvertures de boulangerie que de fermeture en 2022. C'est aussi un métier d'insertion. À la maison d’arrêt de Douai, les détenus apprennent à pétrir et à cuire du pain frais.

Des baguettes sont prêtes à être enfournées dans une boulangerie très classique, sauf que celle-ci se situe en plein cœur de la maison d’arrêt de Douai (Nord). Huit détenus y travaillent chaque matin pour sortir du pain frais. "Je préfère être ici qu’en cellule. Ça nous apporte du bien-être de fabriquer quelque chose", confie un détenu. Les apprentis sont épaulés par un formateur qui leur donne les bases du métier.

1 200 baguettes produites

Après 200 heures de formation, ils recevront même un certificat de qualification professionnelle d’aide boulanger. "C’est une satisfaction pour moi déjà quand je vois qu’ils ont tous leur diplôme", commente Cédric Delhaie, formateur. Les 500 détenus de la prison reçoivent ainsi chaque jour le pain frais, tout juste sorti de l’atelier. En tout, 1 200 baguettes sont produites. L’un des diplômés est ensuite devenu boulanger en CDI sur l’île de la Réunion. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.