Justice : vivre avec un bracelet électronique

Pour désengorger les prisons surpeuplées, le bracelet électronique est une solution souvent adoptée. Mais quel est le quotidien de ceux qui le portent ? Deux hommes acceptent de témoigner.

FRANCE 3

Ce sont les derniers instants de liberté pour Michel N.. Pendant six mois, il devra vivre avec ce bracelet électronique à la cheville. En posant l'objet, le surveillant applique la sanction prononcée par le juge. Après la pause, une conseillère pénitentiaire lui rappelle les horaires de sortie de son domicile : du lundi au vendredi, de 8h30 à 14h30. "Je préfère avoir ça [le bracelet électronique] que d'aller en prison, comme ça je peux voir mes enfants, je suis avec ma femme", commente Michel N..

"On se sent libre mais il y a des contraintes"

Patrick, surveillant en milieu ouvert à Bastia, a une soixantaine de personnes équipées de bracelets électroniques sous sa responsabilité. Il remplace par exemple les bracelets défectueux. "On se sent libre, mais quand même il y a des contraintes. On voit la famille et on n'est pas coupé de la société", témoigne un autre homme qui porte le bracelet électronique.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une démonstration du port de bracelet électronique par un condamné belge, à Bruxelles (Belgique) le 27 mai 2009.
Une démonstration du port de bracelet électronique par un condamné belge, à Bruxelles (Belgique) le 27 mai 2009. (DIRK WAEM / BELGA MAG / AFP)