Condé-sur-Sarthe : la colère des gardiens de la prison

La colère des gardiens de Condé-sur-Sarthe (Orne) ne retombe pas mercredi 6 mars après l’agression de deux surveillants.

France 3

La tension est palpable mercredi 6 mars entre la centaine de surveillants de la prison de Condé-sur-Sarthe (Orne) et les policiers venus débloqués, tant bien que mal, l’entrée de la prison. En colère, ils exigent des mesures après l’agression d’un de leur collègue à l’arme blanche par deux détenus. 

David, un gardien, explique la détresse de leur quotidien : "On se retrouve face à des radicalisés, qui sont complètement virulents, fanatiques et nous on a juste notre sifflet pour se défendre."

Les surveillants appellent à la démission 

"Démission, démission", peut-on entendre ce matin. Les surveillants réclament la démission de la ministre de la Justice. Leur revendication est soutenue : pas moins de 18 prisons ont été bloquées dans toute la France comme à Beauvais (Oise) et à Marseille (Bouches-du-Rhône) à la prison des Baumettes. Des faits similaires s’étaient déjà produits à Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais). La garde des Sceaux avait alors promis des renforts en personnel et en matériel. Des mesures jugées insuffisantes selon les surveillants.

Le JT
Les autres sujets du JT
La colère des gardiens de Condé-sur-Sarthe (Orne) ne retombe pas ce mercredi 6 mars après l’agression d’un collègue au couteau par deux détenus.
La colère des gardiens de Condé-sur-Sarthe (Orne) ne retombe pas ce mercredi 6 mars après l’agression d’un collègue au couteau par deux détenus. (FRANCE 3)