Envoyé spécial, France 2

VIDEO. Ehpad : des pensionnaires assis devant des repas qu'ils ne peuvent pas manger, d'autres qui se blessent en tombant sans arrêt...

Que se passe-t-il derrière les murs des maisons de retraite privées ? Pour les journalistes, il n'est pas facile de pousser leurs portes... Pour son enquête, "Envoyé spécial" a été aidé par des employés, mais aussi des familles. Voici deux témoignages extraits d'un reportage diffusé le 20 septembre 2018.

Depuis sept ans, Paul rend visite chaque jour à sa mère, atteinte de la maladie d'Alzheimer. En sept ans, à raison de 3 500 euros par mois, elle a payé 285 000 euros de frais d'hébergement. Il a fallu vendre sa maison. Elle réside désormais au 3e étage de cette maison de retraite près de Strasbourg. Une unité spécialisée, destinée aux patients les plus dépendants. Paul y a filmé avec son téléphone portable en 2015 et 2016 pour tenter de démontrer le manque de personnel.

"Ils ne savent pas manger seuls ! Il faut du personnel pour les aider" 

Sur des images qu'il montre à "Envoyé spécial", les résidents sont attablés pour le dîner, à 18 heures. "Les gens sont assis devant leur assiette, mais personne ne mange, commente Paul. Ils ne savent pas manger seuls ! Il faut du personnel pour les aider. L'idéal, ce serait une aide-soignante par table." Le dessert, la purée, tout est servi dans la même assiette – et il manque de l'eau. Ce jour-là, selon Paul, certaines personnes n'ont pas été descendues pour le repas. 

Un pensionnaire "bourré de pansements (changés très irrégulièrement)"

Depuis qu'il a filmé ces images, Paul a le sentiment que le personnel soignant est plus présent. Qu'en est-il vraiment en 2018 ? "Il n'y a pas d'amélioration, affirme au contraire une aide-soignante, qui trouve qu'"on est même allé encore plus bas qu'il y a deux ans." Images filmées au téléphone portable à l'appui, elle cite le cas d'un pensionnaire qui cherche sans cesse à se lever mais ne tient pas sur ses jambes, et se blesse régulièrement. "Il est bourré de pansements (changés très irrégulièrement)." Une "solution" a été trouvée : lui mettre un matelas par terre. "Infirmiers, médecins, c'est la décision." Ce patient a dû attendre plus d'un mois pour avoir droit à un lit avec des barrières, et cesser de se blesser.

Extrait de "Maisons de retraite : derrière la façade", une enquête diffusée dans "Envoyé spécial" le 20 septembre 2018.

Ehpad : des pensionnaires devant des repas qu\'ils ne peuvent pas manger, d\'autres qui se blessent en tombant sans arrêt... 
Ehpad : des pensionnaires devant des repas qu'ils ne peuvent pas manger, d'autres qui se blessent en tombant sans arrêt...  (ENVOYÉ SPÉCIAL / FRANCE 2)