Cet article date de plus d'un an.

Scandale dans les Ehpad Orpea : un pré-rapport d'enquête accable la gestion financière du groupe

Le pré-rapport d'enquête administrative, révélé par "Le Monde", "confirme les économies réalisées par le groupe grâce à l'argent public", conformément à ce qu'avait décrit le journaliste Victor Castanet dans son livre-enquête "Les Fossoyeurs".

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Une devanture d'une maison de retraite Orpea à Paris, le 15 février 2022.  (ARNAUD PAILLARD / HANS LUCAS / AFP)

Accablant. Le pré-rapport d'enquête administrative, établi par l'Inspection générale des Finances (IGF) et celle des Affaires sociales (IGAS) révélé par Le Monde (pour abonnés) lundi 21 mars, pointe les manques du groupe d'Ehpad privés Orpea. Ils avaient déjà été mis en évidence par le journaliste Victor Castanet dans son livre-enquête Les Fossoyeurs, dont la publication en février avait créé un véritable séisme au sein du secteur.

Selon ce rapport, le groupe "confirme les économies réalisées par le groupe grâce à l'argent public". Il augmente ses bénéfices en embauchant moins de soignants que ce que lui permettent les dotations publiques allouées dans ce but. Selon Le Monde, le rapport "corrobore, à quelques exceptions près, les faits mis en lumière par M. Castanet : l'IGF et l'IGAS considèrent qu'Orpea poursuit en priorité un objectif de performance budgétaire qui contribue à la mauvaise qualité de vie des résidents et des soins qui leur sont prodigués".

Rapport attendu à la fin de la semaine

Côté soins et vie quotidienne, les inspecteurs de l'administration estiment que "le respect de l'hygiène, le temps de toilette, la surveillance des escarres, la prévention des chutes sont altérés par le manque de temps des personnels" et relèvent des "carences dans les menus, jugés trop peu copieux". Par ailleurs, sur le plan financier, le groupe a dégagé un "excédent de 20 millions d'euros" grâce à sa "sous-consommation des crédits publics versés par les Agences régionales de santé (ARS) et les conseils départementaux sur la période 2017-2020", pointe le quotidien.

Interrogé par l'AFP, le cabinet de la ministre déléguée chargée de l'Autonomie des personnes âgées, Brigitte Bourguignon, a assuré que ce rapport devait être rendu public cette semaine et que le gouvernement attendait les réponses d'Orpea.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.