Grève dans les EHPAD : la colère d'une infirmière à bout de souffle

Les personnels des EHPAD, épuisés, ont mené une journée de grève ce mardi 30 janvier pour protester contre leurs conditions de travail et le manque de moyens. Une mobilisation inédite partout en France.

FRANCE 3

Mère et fille, elles sont venues de Normandie pour défendre le métier qu'elles aiment. Raphaëlle Jean-Louis, 30 ans, infirmière, et Catherine Jean-Louis, 61 ans, à la retraite. La plus jeune en a gros sur le cœur. Elle raconte son quotidien, devenu infernal. "J'ai travaillé dans une EHPAD où j'étais la seule infirmière de l'établissement et où je devais gérer plus de 70 personnes durant des journées de 10 heures", explique-t-elle. Sa mère, elle, estime que la profession manque de reconnaissance de la part des pouvoirs publics et des directeurs d'établissements.

"J'ai envie de rentrer chez et moi et de me dire que j'ai bien fait mon travail"

Et Raphaëlle Jean-Louis d'ajouter : "Ma mère, elle a été 43 ans de carrière, mais c'est terminé, ça. Aujourd'hui, on fait quelques années et on s'en va [...] Je n'en peux plus. J'adore mon métier, je suis prête à le défendre jusqu'au bout, corps et âme. Mais ce n'est plus possible, je suis épuisée", explique-t-elle, évoquant une fatigue "physique et morale". "Moi j'ai envie de rentrer chez moi et de me dire que j'ai bien fait mon travail, que j'ai pris le temps de regarder les personnes que je suis en train de soigner. Je ne veux pas juste faire une prise de sang et m'en aller de la chambre sans avoir pris le temps de discuter avec la personne", lâche-t-elle. Deux générations et un même combat : Raphaëlle Jean-Louis n'a pas encore baissé les bras.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des manifestants protestent contre le manque de moyens dans les maisons de retraite, le 30 janvier 2018 à Quimper (Finistère).
Des manifestants protestent contre le manque de moyens dans les maisons de retraite, le 30 janvier 2018 à Quimper (Finistère). (FRED TANNEAU / AFP)