Cinq questions sur OnlyFans, la plateforme qui veut en finir avec les contenus pornographiques pourtant à l'origine de son succès

Le site compte interdire, à partir d'octobre, les contenus sexuellement explicites, notamment les vidéos pornographiques payantes, qui ont pourtant fait son succès.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 6 min.
La plateforme OnlyFans compte 2 millions de créateurs et 130 millions d'utilisateurs au total. (JAKUB PORZYCKI / NURPHOTO)

Circulez, il n'y aura (bientôt) plus rien à voir. Le site OnlyFans, qui est surtout connu pour son catalogue d'images et de vidéos pornographiques accessibles sur abonnement, a annoncé jeudi 19 août que ce type de contenu y sera interdit à partir du mois d'octobre. Un virage radical pour cette plateforme très prisée des vidéastes X, amateurs comme professionnels, qui y gagnent parfois plusieurs milliers d'euros par mois. Cette évolution soulève plusieurs questions, auxquelles franceinfo apporte les réponses. 

1Comment fonctionne cette plateforme ?

Créer un lien privilégié entre des "créateurs" et leurs abonnés, c'est le fonds de commerce d'OnlyFans. Le site propose à ses utilisateurs de s'abonner à des profils de personnalités, afin d'avoir accès à des contenus exclusifs (vidéos, photos, messagerie privée) qui ne sont disponibles nulle part ailleurs sur internet. Si certains profils offrent du contenu gratuit, la grande majorité des producteurs de contenus proposent des abonnements oscillant entre 4,99 et 49,99 dollars par mois (soit entre 4 et 43 euros environ), avec un tarif dégressif, selon la durée de l'abonnement. Les "fans" peuvent aussi verser des pourboires en échange d'une dédicace ou d'un contenu personnalisé.

N'importe qui peut se créer un compte de "créateur" sur la plateforme, à condition d'être majeur et de disposer d'un compte bancaire, si l'on souhaite faire payer l'accès à ses publications. Les producteurs de contenus invitent le plus souvent leurs abonnés à les rejoindre sur OnlyFans depuis d'autres sites ou réseaux sociaux grand public, comme Twitter ou Instagram. Après cinq années d'existence, OnlyFans revendique 130 millions d'utilisateurs dans le monde.

2OnlyFans est-il un site pornographique ?

Pas au sens strict du terme. Lors de son lancement au Royaume-Uni fin 2016, OnlyFans visait d'abord les fans de musique, en leur proposant de suivre au plus près leurs artistes préférés. Après son rachat en 2018 par l'homme d'affaires américano-ukrainien Leonid Radvinsky, déjà propriétaire du site de streaming vidéo pour adultes MyFreeCams, la plateforme a commencé à attirer les producteurs de contenu à caractère sexuel, relatait Forbes*. Ces derniers y ont vu une façon de gagner plus d'argent que sur les principaux sites pornographiques, comme YouPorn ou PornHub, où la monétisation des vidéos reste très faible.

Bénéficiant de la crise du Covid-19 et des confinements successifs à travers le monde, OnlyFans a vu son nombre de "créateurs" (et d'abonnés) bondir depuis janvier 2020. La plateforme a multiplié ses revenus par six l'année dernière, comme l'a rapporté le Financial Times*. Affectés par la crise économique, de nombreux étudiants, jeunes précaires et travailleuses du sexe à travers le monde ont ouvert un compte sur le site pour boucler leurs fins de mois, racontait le New York Times*.

Malgré cette manne financière et l'importance des contenus classés X dans le succès du site, OnlyFans ne s'est jamais défini comme un site pornographique en tant que tel. La plateforme s'est distinguée en tolérant l'érotisme et la pornographie, tout en essayant de mettre en avant les autres types de profils présents sur le site, comme des coachs sportifs ou des passionnés de cuisine.

3Combien gagnent les créateurs de contenus sur OnlyFans ? 

L'entreprise, et les producteurs de contenus X notamment, restent très discrets sur ce sujet. OnlyFans déclare simplement avoir versé 5 milliards de dollars à ses producteurs de contenus depuis le lancement du site. Une somme rondelette qui est loin d'avoir atterri de façon équitable dans la poche des quelque 2 millions de "créateurs" aujourd'hui inscrits sur la plateforme. Nombreux sont les profils qui peinent à dépasser la dizaine de fans, là où des personnalités déjà très connues engrangent facilement le pactole. En août 2020, l'actrice américaine Bella Thorne a par exemple déclaré avoir gagné 2 millions de dollars en seulement une semaine sur OnlyFans, rapportait le  LA Times*. "Par mois, je me fais environ 1 000 euros", racontait en juin, au média Brut, Clara, étudiante française active sur la plateforme depuis plus d'un an.

Pour attirer toujours plus de fabricants de contenus, OnlyFans promet des revenus très alléchants. La plateforme propose en effet un simulateur qui "prédit" votre succès sur son site, d'après votre volume d'abonnés sur d'autres réseaux sociaux. Deux mille personnes suivent vos voyages ou vos conseils bricolage sur Instagram ? Au prix plancher de 4,99 dollars l'abonnement mensuel, la plateforme estime que vous pourriez gagner entre 100 et 500 dollars chaque mois. OnlyFans ne précise toutefois pas si cette estimation, pour le moins opaque, inclut la commission de 20% prélevée sur tous les abonnements et pourboires payés par les fans.

4Tous les contenus suggestifs seront-ils bientôt bannis ?

L'annonce d'OnlyFans a été un choc pour les créateurs de contenus pornographiques de la plateforme, mais elle comporte quelques nuances. En substance, seuls les contenus "sexuellement explicites" seront interdits à partir d'octobre. Le site a précisé que les créateurs pourront continuer à mettre en ligne des images ou vidéos comportant des scènes de nudité, mais seulement s'ils se conforment aux nouvelles règles du site, dont la date de publication n'a pas encore été communiquée.

A ce jour, elles interdisent la promotion de la violence ou des armes à feu, ainsi que les contenus sexuels extrêmes ou criminels, comme la zoophilie ou le viol, mais pas l'érotisme ni même la pornographie.

5Pourquoi le site OnlyFans a-t-il pris cette décision ?

En interdisant les contenus sexuels, la plateforme assure ses arrières. La pornographie n'a pas bonne presse auprès des grands acteurs bancaires. Des services de paiement comme PayPal, Visa ou Mastercard font ainsi pression depuis deux ans sur le site de pornographie Pornhub, accusé de diffuser des vidéos pédopornographiques et de viols. Les contenus pornographiques figurent même dans la liste des activités indésirables de Stripe*, le service de paiement en ligne utilisé par OnlyFans. "Ces changements sont nécessaires pour nous conformer aux requêtes de nos partenaires financiers et services de paiement en ligne", reconnaît la plateforme.

Surtout, cette annonce intervient au moment où l'entreprise cherche à séduire de nouveaux investisseurs, en lançant par exemple son application mobile OFTV, garantie sans contenu X. Résultat, le site mise désormais sur les "créateurs" beauté, mode, sport, cuisine, style de vie... "Afin d'assurer notre fonctionnement dans la durée et de continuer à héberger une communauté inclusive de créateurs et de fans, nous devons faire évoluer nos règlements", a déclaré l'entreprise. 

Après avoir parcouru la plateforme ce vendredi 20 août, franceinfo n'a relevé aucune trace de contenu à caractère sexuel mis en avant sur le site, mais plutôt de nombreux profils de sportifs et d'artistes. "J'ai répondu à leur demande, ce sont eux qui sont venus me chercher", raconte à franceinfo Vincent, alias "beenyVD", un jeune photographe de Montpellier très suivi sur TikTok et Instagram. Son profil, créé pour l'occasion, est largement diffusé par OnlyFans pour illustrer le changement de ton de l'entreprise. "Après deux bonnes semaines de débat, j'ai finalement accepté", confie-t-il. Sur cette plateforme, le photographe, qui réalise des portraits, dit avoir "plus d'espace" pour présenter sa démarche. "OnlyFans est encore très connoté sexe, note-t-il, donc je laisse mes abonnés venir à leur rythme."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pornographie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.