Cet article date de plus de sept ans.

Plus de 900 Français ou résidents français impliqués en Syrie ou en Irak (Cazeneuve)

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a révélé dans un entretien au JDD que 930 Français ou personnes résidant en France sont partis faire le djihad en Syrie ou en Irak, dont 60 femmes. Il souligne aussi que la plate-forme de signalement mise en place au printemps dernier a permis d'éviter "au moins 70 départs".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (930 Français ou ressortissants étrangers vivant en France seraient impliqués dans le djihad en Irak ou en Syrie, selon le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve © PHOTOPQR/PARIS NORMANDIE)

Le nombre de personnes venant de France, Français ou ressortissants étrangers vivant en France, impliqués dans le djihad en Syrie et en Irak se monterait à 930, selon le décompte du ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, qui en fait part ce matin au JDD.  Selon le ministre, "350 sont sur place, dont 60 femmes. Environ 180 sont repartis de Syrie et 170 sont en transit vers la zone ", détaille-t-il. Le ministre révèle également que 36 personnes sont décédées durant les combats en Syrie et en Irak.

A LIRE AUSSI :

►►►Un recruteur présumé de candidats au djihad arrêté à Nice

►►►"Mon frère, c'est un petit poisson, pas Mehdi Nemmouche" : le témoignage exclusif du frère de Mourad Fares

Bernard Cazeneuve assure au journal que la plate-forme de signalement mise en place au printemps dernier a fonctionné. Elle aurait permis d'empêcher 70 départs au moins, sur "350 signalements, dont 80 mineurs et 150 femmes ". Certains des djihadistes revenus en France "revendiquent ce qu'ils ont fait et se disent prêts à repartir. D'autres, détruits par la violence et toutes les exactions auxquelles ils ont assisté ou participé, expliquent, au contraire, ne plus vouloir s'engager ", relate Bernard Cazeneuve.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.