"Le 20 du mois on n'a plus rien" : près d'un Français sur cinq vit à découvert, selon le Secours populaire

Selon la 13e édition du baromètre du Secours populaire publié jeudi 12 septembre, 18% des Français vivent à découvert. Parmi eux, certains vivent dans une très grande pauvreté : à peine de quoi se nourrir, et encore moins de vacances et de loisirs.

Deux femmes lors d\'une distribution du Secours populaire (image d\'illustration).
Deux femmes lors d'une distribution du Secours populaire (image d'illustration). (MARC OLLIVIER / MAXPPP)

"Trois kilos de pâtes, trois kilos de riz, trois kilos de couscous... Pour quelques euros je récupère de quoi nourrir toute ma famille pour un mois". Ahlam, mère de famille, est venue à une distribution alimentaire organisée par le Secours populaire dans le nord de Paris. 

Elle fait partie des 18% de Français qui vivent à découvert, selon la 13e édition du baromètre du Secours populaire, publiée jeudi 12 septembre. Une étude dans laquelle on apprend également qu'un parent sur deux a des difficultés pour envoyer ses enfants en vacances ou pour leur payer des activités.

Le système D au quotidien

Pour Ahlam et sa famille, les petits plaisirs sont extrêmement rares. Pas de sortie, pas de vacances, le dernier restaurant remonte à plus d'un an : "Moi je n'avais pas pris de plat, je n'ai pas vraiment mangé. Eux ont pris ce qu'ils voulaient et j'ai pioché dans les assiettes, pour faire des économies."

Les revenus de la famille sont engloutis dans le loyer : 1 000 euros par mois pour un logement social de 100 mètres carrés. Ce qui leur reste permet difficilement de faire vivre cette famille nombreuse : "J'ai un garçon et deux filles. Il y a mon mari qui est handicapé et qui ne travaille pas, ma belle-mère de 85 ans est avec nous, et moi non plus je ne travaille pas. La vie est dure, tout est devenu cher."

"Parfois, le 20 du mois on n'a plus rien, poursuit Ahlam. Je n'ai même pas d'argent pour acheter une baguette. Heureusement que je sais faire du pain à la maison. Une fois par semaine, j'en fais en grande quantité et après je le garde au congélateur."

Quelques euros pour reprendre de l'espoir

Chez Sabrina aussi, chaque centime compte. Jusqu'à cet été, le couple et ses trois enfants âgés de 3 à 8 ans devaient vivre avec moins de 900 euros par mois. Son mari a perdu son travail, et elle est surendettée, sa banque ne lui autorise plus aucun découvert : "On essaie de régler les factures les plus importantes, tout ce qui est EDF, le loyer... Et après on se débrouille avec le reste. Heureusement qu'il y a ma mère. On lui demande de nous faire à manger, et on va chez elle. C'est quelque chose de très difficile mais on le fait pour les enfants."

Depuis cet été, Sabrina a trouvé un emploi de caissière à mi-temps. Son premier salaire est arrivé comme une bouffée d'air : "J'ai commencé vers la fin juin. J'ai été payée 300 euros mais c'était énorme ! On s'est payé un beau petit chariot de supermarché où il y avait un peu de tout, dedans", sourit-elle.

Avec ce nouveau travail, Sabrina voit l'avenir en un peu moins sombre. Elle rêve à présent de pouvoir gâter de nouveau ses enfants. Depuis deux ans ils n'ont plus eu de cadeaux aux anniversaires et à Noël.

Le reportage de Sarah Tuchscherer
--'--
--'--