Paris : le nouveau service de livraison ultra-rapide d'Amazon inquiète la mairie

Le géant américain de l'internet Amazon lance à Paris et dans la petite courronne son service de livraison à domicile en une heure. Pour la mairie de Paris, ce service "Prime Now" pourrait "déstabiliser gravement les équilibres commerciaux parisiens". Amazon pourrait proposer près de 18.000 produits, y compris des produits alimentaires.

("Prime Now", le nouveau service de livraison d'Amazon en une heure menace le commerce de proximité selon la mairie de Paris © SIPA/Mark Lennihan)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

La mairie de Paris a déploré dans un communiqué ce dimanche le lancement jeudi par Amazon d’un "service de livraison rapide, dans tout Paris, de denrées alimentaire et de produits du quotidien, depuis un centre de distribution situé dans le 18e arrondissement. " Baptisé "Prime Now", ce service existe déjà aux Etats-Unis, en Angleterre ou encore en italie. Il assure la livraision express, à domicile et en moins d'une heure, de tous types de produits. A Paris, "Prime Now" doit à terme proposer 18.000 références, allant de la culture aux jouets en passant par l'électronique, incluant également 4.000 produits alimentaires, de l'épicerie au frais (notamment des fruits et légumes en provenance de Rungis) mais aussi de surgelés.

La mairie de Paris sera "intransigeante"

"Alors que cette opération est susceptible de déstabiliser gravement les équilibres commerciaux parisiens, cette grande entreprise américaine n’a jugé bon d’informer la Ville de Paris que quelques jours avant son lancement ", poursuit le communiqué. La municipalité parisienne prévient qu’elle sera "intransigeante vis-à-vis d’Amazon " sur "la préservation du commerce de proximité ", "la qualité de vie des riverains au regard de la logistique du centre et du trafic des véhicules de livraison ", "le degré de pollution généré par les véhicules et l’activité du lieu" et "la politique de ressources humaines menée par Amazon ". La ville compte également donner un cadre légal à ce service, "des garde-fous en mesure d’éviter que de tels services ne viennent à constituer une concurrence déloyale à l’égard des commerçants et des artisans. "