VIDEO. Pour Ségolène Royal, il n'est pas certain que Fessenheim ferme

La ministre de l'Energie avait récemment déclaré qu'elle étudierait les propositions d'EDF, qui devra selon la loi de transition énergétique proposer la fermeture de deux réacteurs nucléaires.

Cette vidéo n'est plus disponible

Il n'est pas certain que les pouvoirs publics choisissent de fermer Fessenheim, la plus vieille centrale du parc nucléaire français, comme l'a promis François Hollande à plusieurs reprises. "Cela pourrait être d'autres réacteurs que Fessenheim", a lâché Ségolène Royal, la ministre de l'Energie, mardi 14 octobre sur RTL.

"J'ai une vision très pragmatique des choses : on regardera quelles sont les propositions d'EDF, en partenariat bien évidemment avec l'Etat", a dit la ministre à la radio. Ségolène Royal avait récemment déclaré qu'elle étudierait sur ce sujet les propositions d'EDF, qui devra selon la loi de transition énergétique, dont le vote est prévu mardi à l'Assemblée nationale, proposer la fermeture de deux réacteurs après la mise en service de l'EPR de Flamanville.

"Il y a eu des investissements très importants sur cette centrale donc on ne va pas faire comme s'ils n'existaient pas", a argué la ministre. Interrogée sur le montant des indemnités qui seraient versées à EDF en cas de fermeture de Fessenheim, la ministre n'a pas souhaité répondre, disant ne céder à aucun "chantage financier".

La ministre de l\'Energie, Ségolène Royal, le 1er octobre 2014 sur le perron de l\'Elysée (Paris).
La ministre de l'Energie, Ségolène Royal, le 1er octobre 2014 sur le perron de l'Elysée (Paris). ( PHILIPPE WOJAZER / REUTERS)