Nucléaire : nouveau retard pour l'EPR de Flamanville

Le chantier de construction du réacteur nucléaire de Flamanville (Manche) aura un an de plus de retard, soit fin 2019, au lieu de fin 2018. Au-delà des 400 millions de coût de ce retard, il faut remonter le temps à 2007 pour prendre la vraie mesure du retard de ce projet.

S'il est massif, l'EPR de Flamanville (Manche) est toujours improductif. Des anomalies sérieuses, un défaut de surveillance, des réactions trop tardives, la salve de critiques de l'Agence de sûreté nucléaire a obligé EDF à revoir son calendrier. Un tiers des 150 soudures du réseau secondaire est à reprendre, tout ou partie.

10,9 milliards d'euros

Lancé en 2007, le chantier devait s'achever en 2012 pour un coût initial de 3,3 milliards d'euros. Problème de génie civil, puis de savoir-faire, EDF annonce une livraison en 2014, le budget passe à 6 milliards d'euros. Après Fukushima, nouvelles études, et report à 2016. La facture, elle, passe à 8,5 milliards d'euros. Ces dernières années, malfaçons et acier non adapté entravent la construction du coeur du réacteur. Le coût global est aujourd'hui porté à 10,9 milliards d'euros. La mise en service de l'EPR repoussée, le gouvernement a annoncé le maintien en activité de la centrale de Fessenheim, la plus ancienne centrale nucléaire française.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le chantier de l\'EPR de Flamanville (Manche), le 16 novembre 2016. 
Le chantier de l'EPR de Flamanville (Manche), le 16 novembre 2016.  (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)