Cet article date de plus de six ans.

Nucléaire : la Suisse ne supporte plus la centrale du Bugey

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Bugey
France 3
Article rédigé par
France Télévisions

La ville de Genève a porté plainte contre X. Elle accuse la centrale nucléaire du Bugey de mise en danger de la vie d'autrui et pollution des eaux.

Implanté à Saint-Vulbas (Ain), la centrale nucléaire du Bugey possède quatre réacteurs. Inaugurés dans les années 70, ils produisent 40% de l'énergie consommée en Rhône-Alpes. Aujourd'hui, la ville suisse de Genève, à 70 km de là, réclame la fermeture du site, qu'elle juge trop vétuste.

Corinne Lepage, ancienne ministre française de l'Environnement, défend les intérêts helvètes : "Les risques majeurs sont liés à la position de cette centrale construite sans étude d'impact dans une zone sismique avec un fort risque d'inondation. Un risque de cumul inondation/tremblement de terre qui n'a jamais été étudié".

Un village riche grâce à la centrale

Les autorités genevoises ont porté plainte contre X pour mise en danger de la vie d'autrui et pollution des eaux. Des incidents ont déjà eu lieu dans la centrale d'EDF. L’autorité de sûreté nucléaire a même ordonné la fermeture d'un réacteur.

Pourtant, la majorité des habitants dit avoir confiance et met en avant les retombées économiques. La centrale nucléaire du Bugey est généreuse avec Saint-Vulbas et son millier d'habitants : 10 millions d'euros de budget, soit dix fois plus que la moyenne des villages de cette taille. Après cette plainte, EDF a convié les Suisses à une réunion d'information le 4 avril.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.