Nucléaire : les deux réacteurs de Fessenheim seront les seuls à être fermés pendant le quinquennat de Macron

Selon un document obtenu par l'AFP, le gouvernement va annoncer fin novembre la fermeture de zéro à six réacteurs nucléaires entre 2022 et 2028.

La centrale nuléaire de Fessenheim (Haut-Rhin), le 14 mars 2011.
La centrale nuléaire de Fessenheim (Haut-Rhin), le 14 mars 2011. (FREDERICK FLORIN / AFP)

Aucun des trois scénarios envisagés par l'exécutif ne prévoit de fermer d'autres réacteurs nucléaires que ceux de la centrale de Fessenheim, dont la fermeture est déjà actée, d'ici 2022. Selon un document gouvernemental révélé mardi 20 novembre par l'AFP, Emmanuel Macron et Edouard Philippe vont annoncer entre zéro et six fermetures de réacteurs nucléaires d'ici 2028 dans le cadre de la future programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE).

Ce document s'appuie donc sur trois scénarios. Le premier, soutenu par le ministère de la Transition écologique, prévoit six fermetures de réacteurs entre 2022 et 2028, et six de plus d'ici 2035, sur les 58 que compte le parc nucléaire français actuel. Aucun réacteur ne serait fermé entre 2022 et 2028, selon le deuxième scénario, mais 12 le seraient entre 2028 et 2035. Enfin, le troisième, poussé par Bercy, entend fermer 9 réacteurs entre 2028 et 2035 et construire 4 EPR d'ici 2040.

"Des annonces seront faites la semaine prochaine"

L'objectif de 50% d'électricité nucléaire est atteint en 2035 dans les deux premiers cas, mais attend 2040 dans celui de Bercy. Les scénarios prévoient une part de 40% d'électricité renouvelable, atteinte en 2030, 2032 ou 2034 suivant les trois cas. Sollicité par l'AFP sur ces informations, Matignon n'a pas fait de commentaires "sur des scénarios préparatoires à une décision". Très attendus, les arbitrages finaux d'Edouard Philippe et d'Emmanuel Macron sont désormais imminents : "des annonces seront faites la semaine prochaine", a confirmé Matignon.