Nucléaire : EDF revoit à la hausse le coût du projet EPR à Hinkley Point, au Royaume-Uni

La construction de la centrale nucléaire de Hinkley Point au Royaume-Uni coûtera plus cher que prévu. Le chantier risque également de prendre plusieurs mois de retard.

Modélisation du projet de centrale nucléaire Hinkley Point C, au Royaume-Uni.
Modélisation du projet de centrale nucléaire Hinkley Point C, au Royaume-Uni. (HAYESDAVIDSON / EDF ENGERY / AFP)

La facture des deux réacteurs d'EDF au Royaume-Uni sera plus salée que prévu. L'électricien public français a annoncé lundi 3 juillet des surcoûts de construction. Le projet nucléaire d'Hinkley Point, dans l'Ouest du Royaume-Uni, est aujourd'hui estimé à plus de 22 milliards d'euros, soit 1,8 milliard de plus que ce qui était envisagé. Le coût prévisionnel est en hausse d'environ 8%. EDF a également indiqué que le chantier risquait de prendre entre 9 et 15 mois retard.

Pas de rapport avec Flamanville

Le groupe explique que ces coûts supplémentaires sont liés à un nouveau design des réacteurs, avec par exemple des changements dans les systèmes de ventilation, ou dans l'organisation des travaux. L'opérateur estime que ce surcoût n'a aucun rapport avec les analyses complémentaires sur la cuve de l'EPR de Flamanville, demandées par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Une des calottes destinées à Hinkley Point, a pourtant été utilisée pour faire des essais sur l'acier.

Malgré cet imprévu, l'opérateur se veut rassurant. Dans un communiqué, EDF maintient ses objectifs de rentabilité et confirme la date de mise en service de la tranche 1 pour 2025. Il n'y a pas non plus de conséquence sur le contrat avec le gouvernement britannique.