La justice interdit à Greenpeace de s'approcher des convois de matières radioactives sur le territoire français jusqu'au 25 septembre

L'ONG et toutes les personnes placées sous son autorité devront s'en abstenir jusqu'au 25 septembre, date de fin du débat public sur la gestion des matières radioactives.

Le \"Rainbow Warrior\", bateau emblématique de Greenpeace, le 5 juillet 2019 à Barcelone (Espagne)
Le "Rainbow Warrior", bateau emblématique de Greenpeace, le 5 juillet 2019 à Barcelone (Espagne) (PAU BARRENA / AFP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Le tribunal de Paris a interdit temporairement, vendredi 19 juillet, à Greenpeace France de s'approcher à moins de 250 mètres des convois de "transport et d'acheminement de matières ou de déchets nucléaires ou radioactifs" de deux filiales d'Orano, ex-Areva.

Cette interdiction s'applique à tous les membres de l'ONG et personnes placées sous son autorité et court jusqu'au 25 septembre, date de fin du débat public sur la gestion des matières radioactives, sur "l'ensemble du territoire français métropolitain", précise l'ordonnance de référé du tribunal.

"Greenpeace France regrette profondément cette décision de justice particulièrement sévère et prévoit de faire appel", a réagi l'ONG, pour qui cette interdiction est "invraisemblable". Greenpeace explique avoir "agi en toute non-violence pour dénoncer le manque de transparence sur les convois radioactifs qui circulent en permanence dans des lieux publics".