Centrale de Fessenheim : 5 ans d'hésitations

L'avenir de la centrale de Fessenheim se joue peut-être ce jeudi 6 avril. Dans quelques heures, le conseil d'administration d'EDF votera. Cette fermeture était une promesse de la campagne présidentielle de François Hollande.

FRANCE 2

La fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim était une promesse fortement inspirée par les écologistes et martelée par le tout nouveau président élu. Mais les différentes directions d'EDF ont tout fait pour repousser cette échéance. Et on ne sait toujours pas quand exactement l'électricien devra fermer sa centrale. Si EDF redoute une fermeture anticipée, c'est que dans le Haut-Rhin 850 emplois dépendent directement de Fessenheim. Un chiffre auquel il faut ajouter 1200 emplois indirects.

L'avenir de la centrale peut dépendre du nouveau président

Il y a également le manque à gagner économique. Si la centrale devait fermer en 2019, l'État devrait verser 490 millions d'euros d'indemnisations à EDF pour compenser la perte de production électrique. L'avenir de la centrale peut dépendre du prochain président. Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron et Benoît Hamon sont pour la fermeture. À l'opposé, François Fillon et Marine Le Pen sont pour une prolongation de l'activité de Fessenheim. 

Le JT
Les autres sujets du JT
La centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) le 29 avril 2011.
La centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) le 29 avril 2011. (PATRICK HERTZOG / AFP)