Nonagénaire expulsée : passe d'armes entre la maison de retraite et la famille

Son fils et la direction de l'établissement s'accusent mutuellement de ne pas avoir pris soin de la vieille dame.

Une résidente de maison de retraite de Chaville (Hauts-de-Seine) a été expulsée vendredi 4 janvier pour loyers impayés.
Une résidente de maison de retraite de Chaville (Hauts-de-Seine) a été expulsée vendredi 4 janvier pour loyers impayés. (MIGUEL MEDINA / AFP)

Entre la famille de la nonagénaire expulsée et la direction de la maison de retraite, le ton monte. Alain Proust, dont la mère de 94 ans a été mise vendredi à la porte de l'établissement de Chaville (Hauts-de-Seine) où elle vivait depuis deux ans en raison de loyers impayés, ne mâche pas ses mots. Sur Europe1.fr, mardi 8 janvier, il accuse la direction de la maison de retraite d'avoir déposé sa mère "devant un immeuble, une ancienne adresse de mon frère", où "il n'y avait personne".

"La maison de retraite savait très bien qu'elle a besoin d'une assistance permanente. Elle se déplace en fauteuil roulant", peste-t-il, avant de déplorer que sa mère ait ensuite été déposée "avec ses cartons et sa télé" au service des urgences de l'hôpital de Châteaudun (Eure-et-Loir). Il affirme par ailleurs bien s'occuper de sa mère, ce qu'ont mis en doute la veille à la fois la direction de l'établissement et la ministre déléguée aux Personnes âgées, Michèle Delaunay.

"Malhonnêteté" et "ignominie", pour la maison de retraite

Ces accusations n'ont en tout cas pas laissé de marbre Richard Claverie. Le codirecteur de la maison de retraite a proposé à Europe 1 "une confrontation" avec le fils de la retraitée. "Vous verrez qu'il sera confondu dans ses mensonges", a-t-il lancé, fustigeant la "malhonnêteté" et "l'ignominie" de l'homme.

Il évoque ensuite les impayés, qui s'élèvent à 40 000 euros. "Pourquoi des enfants qui ont des moyens, l'un est gynécologue et l'autre conseiller de gestion en patrimoine, ne se sont jamais présentés auprès de nous pour nous payer ?"