Cet article date de plus de neuf ans.

Non, il n'y aura pas de policiers chinois dans les rues de Paris cet été

Un temps envisagé, le détachement de policiers chinois dans la capitale française, pour lutter contre les vols visant leurs compatriotes, a finalement été annulé.

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des policiers chinois patrouillant à Shanghai (Chine), le 14 mai 2014. (WENG LEI / IMAGINECHINA / AFP)

C'est un piège diplomatique qu'a évité la France selon Le Figaro. Au début du mois de mai, le ministère de l'Intérieur avait annoncé que des "patrouilleurs chinois" allaient épauler les policiers parisiens durant l'été. Objectif : lutter plus efficacement contre les vols dont sont victimes les nombreux touristes chinois dans la capitale française. Mais finalement, Paris a poliment refusé cette proposition chinoise.

L'idée d'un tel détachement était né lors du déplacement de François Hollande en Chine, au printemps 2013. Et en cette année de cinquantenaire de l'établissement des relations franco-chinoises, il s'agissait de faciliter la vie des milliers de chinois victimes de pick-pockets à Paris. Car le fléau inquiète aussi bien les autorités chinoises, soucieuses du sort de leurs ressortissants, que leurs homologues françaises qui tiennent à la manne économique que représentent le leader mondial en matière de dépenses touristiques.

Une "fausse bonne idée"

Mais la diplomatie française voyait d'un mauvais œil l'image de policiers chinois en patrouille dans les rues Paris. Une police connue pour sa brutalité et ses méthodes expéditives. "Cela avait tout de la fausse bonne idée, explique une source française au Figaro. C'était une mesure symbolique destinée à rassurer les touristes chinois mais qui soulignait l'impusissance des forces de police françaises. Potentiellement toute cette opération était un désastre en terme d'image."

Pas de patrouille chinoise sous la Tour Eiffel donc. Mais d'autres mesures devraient être prises. Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères, a ainsi convaincu les autorités chinoises de prendre des décisions "plus appropriées". Une ligne téléphonique en mandarin, permettant aux touristes chinois de porter plainte plus facilement, un des grands reproches faits à la police française, serait notamment mise en place.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.