Manif pour tous : Valls "déconseille aux familles avec enfants" de s'y rendre

Alors que Jean-Marc Ayrault a mis en garde l'UMP sur les risques de débordement, le ministre de l'Intérieur recommande la plus grande prudence aux manifestants.

Des CRS font usage de gaz lacrymogènes contre des manifestants anti-mariage pour tous, le 24 mars 2013 à Paris.
Des CRS font usage de gaz lacrymogènes contre des manifestants anti-mariage pour tous, le 24 mars 2013 à Paris. (THOMAS SAMSON / AFP)

A la veille d'une manifestation contre la mariage pour tous qui s'annonce tendue, majorité et opposition se renvoient la balle concernant d'éventuels débordements. Le Premier ministre a estimé, samedi 25 mai, en visant notamment Jean-François Copé, que les responsables de l'UMP appelant à manifester dimanche contre la loi sur le mariage pour tous prennent "une lourde responsabilité en provoquant la crispation et la radicalisation" de certains manifestants.

Se disant menacée, Frigide Barjot, figure de proue des opposants, avait annoncé vendredi qu'"en l'état actuel des choses", elle ne manifesterait pas. Elle redoute que "certains veuillent profiter de l'ambiance de contestation sociale pour faire déraper le mouvement". Selon une source policière, les autorités tablent sur la présence de 150 à 200 000 manifestants qui devraient être encadrés par quelque 4 500 policiers et gendarmes, soit un millier de plus que lors de la grande manifestation nationale du 24 mars émaillée de quelques incidents près des Champs-Elysées.

Ayrault "met en garde" Copé

"J'appelle les organisateurs à une très grande vigilance pour faire en sorte qu'ils ne prennent aucun risque", a dit le Premier ministre  lors d'un déplacement au Pré-Saint-Gervais (Seine-Saint-Denis). "Je voudrais dire aux responsables de l'UMP qu'ils prennent une lourde responsabilité en provoquant la crispation et la radicalisation [qui] malheureusement se produit aux contours de ces manifestations", a aussi déclaré le chef du gouvernement, "donc je les appelle à être d'une extrême vigilance".

Pour Jean-Marc Ayrault, "certes tout le monde n'est pas d'accord avec la loi" ouvrant le mariage et l'adoption aux couples homosexuels, mais "elle a été votée, elle a été validée par le Conseil constitutionnel, promulguée par le président de la République, c'est la loi de la République". "J'appelle à l'esprit de responsabilité de chacun (...) notre pays a besoin de se retrouver, il n'a pas besoin de courants radicaux qui provoquent et je crois que chacun doit en être conscient", a-t-il encore souligné. "Chacun doit veiller à ce qu'il n'y ait aucun débordement, je le dis tout particulièrement à l'UMP", a insisté le Premier ministre, "je les mets en garde".

Copé pointe la responsabilité de Valls

Le président de l'UMP, Jean-François Copé, qui sera de nouveau dans la rue dimanche à Paris, a aussi écrit cette semaine aux militants UMP pour leur demander de "se mobiliser" pour "la dernière" manifestation "à laquelle j'appellerai sur ce sujet précis". Alors que la tension monte, il a tenu samedi à "condamner par avance toutes les formes de provocations, tensions et violences" qui pourraient se produire. "Il ne faut pas faire d'amalgame", a ajouté le patron de l'UMP, qui était interrogé par la presse au siège du parti.

Eviter les débordements, "la responsabilité en incombe au ministre de l'Intérieur", a-t-il réaffirmé. "Espérons que les choses se passeront mieux qu'au Trocadéro", a également déclaré Jean-François Copé. Le numéro un de l'UMP faisait allusion aux scènes d'émeutes qui avaient gâché, le 13 mai, la fête du Paris SG, nouveau champion de France de football. "Je n'accepterai jamais l'amalgame scandaleux" que certains font entre l'UMP et "les extrémistes de droite", a-t-il aussi insisté. Selon lui, "des centaines de milliers de Françaises et Français venus de toutes les régions de France" vont manifester pour "dire que leur vision de la famille est différente de celle du président François Hollande".

Valls "déconseille" la manif "aux familles avec des enfants"

Quant au ministre de l'Intérieur Manuel Valls, il a conseillé samedi "à tout ceux qui voulaient se rendre à cette manifestation de réfléchir, d'être prudents, parce que nous sommes inquiets sur les menaces et la présence de ces groupes", d'extrême droite. En outre, le ministre "déconseille effectivement aux familles avec des enfants de se rendre à cette manifestation".

"Des groupes d'extrême droite", qui "n'ont pas leur place dans la République", "ont prospéré dans le mouvement contre le mariage pour tous", a-t-il dit en marge d'un déplacement à Argenteuil (Val d'Oise). "Ils seront surveillés [dimanche]. A la moindre exaction, la police, comme la justice, interviendront", a t-il conclu.

Harlem Désir appelle l'UMP à "renoncer"

"J'appelle solennellement l'UMP et son président Jean-François Copé à renoncer à participer à la manifestation prévue demain (dimanche)", écrit Harlem Désir, premier secrétaire du PS, dans un communiqué. "Cette manifestation de tous les dangers est propice à tous les débordements", ajoute-t-il, soulignant qu'"elle se tient dans un climat de menace sur plusieurs personnalités et responsables politiques et d'omniprésence des groupes radicaux et violents d'extrême droite".

"Je dénonce la volonté de Jean-François Copé de jouer la radicalisation et de faire de l'UMP le parti du désordre anti-républicain et d'entraîner sa famille politique dans une dérive qui ne servira que le Front national et des groupes violents qui ont d'ores et déjà débordé la droite", ajoute le numéro un du PS.