Le soutien au mariage des homosexuels en léger recul par rapport à 2011

Selon un sondage BVA, 56% des Français y sont favorables, contre 63% il y a un an.

Le projet de loi sur le mariage et l\'adoption pour les couples homosexuels sera présenté officiellement le 7 novembre en Conseil des ministres.
Le projet de loi sur le mariage et l'adoption pour les couples homosexuels sera présenté officiellement le 7 novembre en Conseil des ministres. (PICHI CHUANG / REUTERS)

MARIAGE ET HOMOPARENTALITE - Le "oui" perd un peu de terrain. Une majorité de Français sont favorables au mariage des homosexuels, mais ce soutien recule, indique un sondage BVA pour Le Parisien publié samedi 3 novembre. Sur 1 021 personnes interrogées les 30 et 31 octobre, 58% se déclarent favorables à une telle évolution du Droit ; 41% y sont hostiles. La publication de ce sondage intervient à quatre jours de la présentation en Conseil des ministres d'un projet de loi instituant le "mariage pour tous" et légalisant l'adoption pour les couples homosexuels.

En octobre 2011, la proportion de personnes favorables au mariage des homosexuels s'élevait à 63% et les sondés hostiles n'étaient que 30%, note l'institut de sondage. "Alors que la tendance lourde depuis une décennie était à une acceptation de plus en plus grande par la société (...) la courbe s'inverse pour la première fois cette année", écrit BVA. Le même phénomène s'observe en ce qui concerne le droit à l'adoption pour les couples homosexuels. L'an dernier, 56% y étaient favorables et 40% hostiles. Ils ne sont plus cette année que 50% à soutenir cette idée (47% contre).

"Le timing n'est pas vraiment idéal"

Autres enseignements du sondage, les femmes sont plus favorables au mariage des homosexuels que les hommes (62% contre 52%) et les plus jeunes deux fois plus favorables que les plus âgés (77% des 18-34 ans contre 35% pour les plus de 65 ans). Enfin, les sondés habitant en province sont plus favorables au mariage des homos que ceux résidant à Paris (58% contre 55%).

Pour BVA, ce retournement des courbes s'explique à la fois par une "re-polarisation" gauche-droite et par une moindre adhésion des catégories qui étaient les plus favorables ces dernières années au mariage et à l'adoption homosexuels. "Dans ces deux domaines, tout se passe comme si le timing plus que le principe du 'mariage pour tous' n'était pas vraiment idéal, explique l'institut de sondage. Les Français sont focalisés sur les problématiques économiques tournant autour du pouvoir d'achat et de l'emploi."