Cet article date de plus de huit ans.

Frigide Barjot et son époux sommés de quitter leur logement

Ils ont domicilié leur société à leur adresse personnelle, ce qui est interdit dans leur bail.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Frigide Barjot donne une conférence de presse, le 29 mai 2013 à Paris.  (FRED DUFOUR / AFP)

L'égérie du collectif La Manif pour tous bientôt à la porte ? Frigide Barjot et son époux, Basile de Koch (de son vrai nom Bruno Tellenne), ont été priés de quitter leur appartement, un duplex de 173 m2 (plus une terrasse) situé dans le 15e arrondissement de Paris. C'est ce qu'a annoncé la Régie immobilière de la ville de Paris (RIVP), qui le gère, dans un communiqué publié jeudi 20 juin, confirmant une information de L'Express.

"Une assignation a été délivrée à (l')encontre (des époux Tellenne) pour obtenir la résiliation des baux des logements occupés, suite à l'utilisation continue des lieux à usage commercial par la société 'Jalons' ainsi que la sous-location. Ces deux motifs constituent des manquements graves aux obligations des baux d'habitation consentis à M. et Mme Tellenne", affirme le bailleur social.

Delanoë a attendu la fin des manif anti-mariage pour tous

Le groupe Jalons était au départ un groupe d'étudiants co-fondé par Basile de Koch, qui organisait des happenings humoristiques. Il s'est ensuite transformé en société d'édition spécialisée dans la publication de pastiches (Le Monstre, Le Cafard acharné ou encore l'Aberration). 

La régie assure que la "procédure a été engagée (...) dès la fin de l'analyse juridique détaillée de la situation". Selon L'Express daté du 19 juin, "l'assignation était prête depuis un moment", mais le maire de Paris, Bertrand Delanoë, a choisi "d'attendre la fin des manifestations contre le mariage pour tous, afin que cette procédure ne soit pas interprétée comme une volonté de nuire à l'égérie du mouvement".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Mariage et homoparentalité

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.