Après la dernière Manif pour tous, les dérapages continuent

Au lendemain du défilé contre le mariage des homosexuels à Paris, plusieurs personnalités de droite ont tenu des propos polémiques.

Christine Boutin lors d\'une manifestation anti-mariage pour tous, le 23 avril 2013 à Paris.
Christine Boutin lors d'une manifestation anti-mariage pour tous, le 23 avril 2013 à Paris. (FRANÇOIS GUILLOT / AFP)

Après le défilé contre le mariage pour tous, dimanche 26 mai à Paris, une partie de la droite joue la carte de l'apaisement en appelant à la fin des manifestations. D'autres, en revanche, continuent d'alimenter le débat et se font remarquer avec des déclarations pour le moins controversées. Passage en revue de ces dérapages.

Boutin se sent "envahie de gays"

Christine Boutin en a assez de voir des homosexuels dans les fictions. Invitée lundi sur RMC à commenter la Palme d'or, décernée à Cannes au film La Vie d'Adèle, qui raconte une histoire d'amour entre deux filles, la présidente du Parti chrétien-démocrate exprime sa lassitude à coups de soupirs désabusés. "On ne peut pas voir un film à la télévision, une série, sans qu’il y ait les gays qui s’expriment", estime-t-elle. "La mode, c'est les gays. On est envahi de gays", assène-t-elle ensuite.

 Ian Brossat, élu PCF à Paris, n'a pas tardé à lui répondre via Twitter.

Un ancien député UMP veut "tondre" les socialistes

Bernard Carayon, ex-député UMP du Tarn, n'a pas peur des comparaisons audacieuses. En réaction à la bataille des chiffres sur le nombre de manifestants dimanche (150 000 selon la préfecture, un million d'après les organisateurs), il évoque la Libération de 1945, durant laquelle des collaborateurs (en majorité des femmes) ont été tondus.

"Gonflés les socialos pour affirmer qu'on était 150 000 ! A la Libération il y aura beaucoup de tondu(e)s !", lâche-t-il sur Twitter, dimanche.

Devant la polémique provoquée par cette réflexion, Bernard Carayon supprime finalement son message lundi. Il faut dire qu'il est critiqué jusque dans son propre camp, notamment par le secrétaire national de l'UMP chargé des médias, David-Xavier Weiss.

Wauquiez bafouille sur ses "valeurs"

Interrogé dimanche 26 mai sur BFMTV par Jean-Luc Romero, conseiller régional d'Ile-de-France et militant des droits des homosexuels, Laurent Wauquiez a toutes les peines du monde à répondre clairement à la question. "L'homosexualité est-elle contraire à vos valeurs ?", demande Jean-Luc Romero. "Non, pas du tout, oui elle est contr…, elle, elle… !", bafouille le député de Haute-Loire, visiblement déstabilisé. L'ancien ministre tente alors de rediriger la conversation en précisant que ce qui est contraire à ses valeurs, "c'est qu'un enfant n'ait pas un père et une mère".

Cette vidéo n'est plus disponible