Manifestation pro-palestinienne à Paris : 41 personnes en garde à vue

A l'issue de la manifestation interdite, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve avait initialement annoncé 30 gardes à vue.

Un manifestant pro-palestinien interpellé à Paris, samedi 26 juillet 2014.
Un manifestant pro-palestinien interpellé à Paris, samedi 26 juillet 2014. (MUSTAFA YALCIN / ANADOLU AGENCY / AFP)

Quarante-et-une personnes étaient en garde à vue, dimanche 27 juillet, sur un total de 65 interpellées la veille en marge de la manifestation pro-palestinienne interdite à Paris, selon une source judiciaire. Elles sont notamment soupçonnées de "violences volontaires aggravées" sur les forces de l'ordre et "rébellion".

A l'issue de la manifestation, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, avait initalement annoncé 30 placements en garde à vue. Des manifestants "qui étaient pour une partie d'entre eux armés de facon significative avec des matraques, des mortiers, des poings américains", a-t-il précisé lors d'un point de presse à la préfecture de police, évoquant "des risques de violences très sérieux".

"Les organisateurs ont été défaillants"

Le ministre a estimé que "des jeunes ont joué un rôle d'apaisement" lors du rassemblement, mais qu'"il y avait bien présents à cette manifestation des casseurs". "La justice passera" et "il n'y aura aucune concession de la part de la République à l'égard de ces casseurs", a-t-il prévenu.

Si je n'avais pas interdit cette manifestation, il y aurait eu beaucoup plus de monde avec des casseurs déterminés au milieu d'une foule beaucoup plus nombreuse", a fait valoir Bernard Cazeneuve, soulignant que "les organisateurs ont été défaillants, comme prévu, et n'ont pas été en mesure de maîtriser les casseurs".