Livraisons à domicile : à Nantes, les scooters ne sont plus les bienvenus dans le centre-ville

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Livraisons à domicile : à Nantes, les scooters ne sont plus les bienvenus dans le centre-ville
France 2
Article rédigé par
T.Paga, K.Lempereur, M.Beaudouin, V.Travers, A.Chahin - France 2
France Télévisions

À Nantes (Loire-Atlantique), les deux-roues à moteur auront interdiction d'accéder aux rues piétonnes du centre-ville à partir du lundi 8 mars. Un manque à gagner pour les livreurs, mais la promesse d’une tranquillité retrouvée pour les habitants.

Depuis quelques semaines, Corinne Rotach compte dans le centre-ville de Nantes (Loire-Atlantique) les allées et venues des scooters, la plupart étant ceux des livreurs, avec pour objectif de dénoncer les nuisances sonores subies par les riverains. La ville a décidé qu’à partir du lundi 8 mars, les rues piétonnes seraient interdites aux deux-roues à moteur. Une perte de temps inacceptable pour les livreurs, qui vont livrer moins de repas et risquent davantage de se faire voler leur outil de travail. 

700 livreurs à Nantes

"Le niveau sonore est franchement insupportable, même avec des doubles vitrages, et dans une rue vide, ça résonne, c’est infernal", confie une riveraine. En une demi-heure, sur la place Royale, Corinne aura compté 38 scooters, soit plus d’un par minute. "Vous pensez être tranquille parce que vous habitez dans une zone piétonne, et malgré tout, vous êtes obligé de garder votre enfant à la main", déplore la fondatrice de l’association Ras le Scoot. Avec la crise sanitaire, les livraisons à domicile ont explosé : on décompte aujourd’hui 700 livreurs, rien qu’à Nantes, soit 15% de plus qu’il y a trois ans. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.