Yvelines : une enquête ouverte pour "injures publiques à caractère homophobe" après les tweets d'une élue municipale

Deux plaintes ont été déposées contre la conseillère municipale de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines) Agnès Cerighelli, après une série de tweets jugés homophobes.

Tweets sur le compte d\'Agnès Cerighelli.
Tweets sur le compte d'Agnès Cerighelli. (CAPTURE D'ÉCRAN)

Une enquête pour "injures publiques à caractère homophobe" a été ouverte après les plaintes des associations Stop Homophobie et Mousse, qui dénoncent le contenu des tweets de la conseillère municipale de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines) Agnès Cerighelli, apprend vendredi 12 avril franceinfo de source judiciaire. Les deux associations ont déposé plainte le 4 avril.

"Agnès Cerighelli a publié au cours de ces dernières semaines, ces derniers mois, un certain nombre de propos homophobes sur son compte Twitter", a déclaré l'avocat des associations, Me Etienne Deshoulières, en amont de ce dépôt de plainte.

"Elle qualifie les personnes homosexuelles de pervers"

"Les associations m’avaient alerté presque quotidiennement de ses propos homophobes, et jusqu’à récemment j’étais dubitatif sur le fait que ces propos dépassent la limite de la liberté d’expression, indique Me Etienne Deshoulières. Mais, récemment, il y a eu deux tweets qui, manifestement, dépassent ces limites. D’une part, elle qualifie les personnes homosexuelles de pervers. Et dans un autre tweet, elle compare les LGBT et les nazis." Cette enquête est confiée à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP).