La justice a ouvert une enquête pour "violences aggravées" après une agression transphobe à Paris

Une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux montre une femme prise à partie et frappée, place de la République à Paris, dimanche. Elle affirme à Stop Homophobie qu'elle a également été agressée sexuellement.

Une capture d\'écran tirée d\'une vidéo mise en ligne par l\'association SOS Homophobie, montrant l\'agression transphobe d\'une femme place de la République à Paris, le 31 mars 2019.
Une capture d'écran tirée d'une vidéo mise en ligne par l'association SOS Homophobie, montrant l'agression transphobe d'une femme place de la République à Paris, le 31 mars 2019. (SOS HOMOPHOBIE / TWITTER)

Les images ont provoqué une vive réaction. L'association SOS Homophobie a diffusé, mardi 2 avril, sur Twitter, une vidéo montrant une femme victime d'une agression physique et verbale transphobe, place de la République à Paris. Une enquête pour "violences aggravées par la circonstance qu'elles ont été commises à raison de l'orientation sexuelle ou de l'identité de genre" a été ouverte, a indiqué une source judiciaire à franceinfo. Selon Stop Homophobie, contacté par la victime mardi, celle-ci dit avoir aussi été victime d'une agression sexuelle.

L'enquête, confiée à la police du 3e arrondissement, a été ouverte dimanche, avant la diffusion de la vidéo. Une personne a été placée en garde à vue, indique cette même source à franceinfo, mais la garde à vue a été levée. 

La vidéo montre cette femme être prise à partie verbalement, puis frappée, par plusieurs manifestants, lors d'une manifestation d'opposants au régime d'Abdelaziz Bouteflika en Algérie.

Contacté par franceinfo, Lyes Alouane, militant et délégué Ile-de-France de Stop Homophobie, explique que "l'auteur de la vidéo m'a raconté qu'un jeune a craché sur cette femme transgenre. Elle s’est approchée pour avoir des explications et c'est là qu'elle s'est fait frapper. Elle a été humiliée""Le groupe d’hommes chante en arabe", explique aussi Lyes Alouane. "Les paroles de cette chanson signifient 'Tu es une friandise', 'tiens voilà le gâteau ou le bonbon, le chocolat'. Cela la réduit à un objet sexuel."

La maire du 10e avait saisi la police

La vidéo se termine avec l'intervention de plusieurs agents de sécurité de la RATP, l'agression se déroulant à la sortie d'une station de métro. La RATP confirme à franceinfo que ses agents sont intervenus "pour porter assistance et mettre à l’abri la victime dans la station".

Stop Homophobie explique avoir reçu la vidéo de cette agression dans la nuit de lundi à mardi. Elle a été tournée par une personne qui participait à la manifestation, et qui souhaitait "dénoncer les faits". "Elle trouve ça scandaleux", rapporte Lyes Alouane.

Mardi, plusieurs personnalités politiques ont réagi à cette vidéo, dont la maire du 10e arrondissement de Paris, Alexandra Cordebard, qui a expliqué avoir "signalé les faits" à la police.

La maire de Paris Anne Hidalgo et la secrétaire d'Etat Marlène Schiappa ont également condamné cette agression.