Les nationalistes corses appellent à l'apaisement

Après les manifestations racistes de ces trois derniers jours, les nationalistes corses appellent à "l'apaisement" et condamnent fermement les dérapages xénophobes observés ce week-end à Ajaccio.

(Le centre de secours d'Ajaccio, où les élus nationalistes se sont rendus lundi en soutien aux pompiers agressés et pour appeler au calme. © Mathilde Lemaire/Radio France)

Les nouveaux dirigeants nationalistes de la Corse veulent "l'apaisement" et condamnent les manifestations racistes de ces derniers jours, après l'agression de deux pompiers et d'un policier dans la cité des Jardins de l’Empereur, la nuit de Noël.

 

Le président de l'Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni, et le président du conseil exécutif, Gilles Siméoni, se sont rendus à la caserne des pompiers d'Ajaccio ce lundi midi pour montrer leur soutien.

 

"On est dans des logiques de défiance réciproques et notre responsabilité à nous, élus, c’est faire que ces logiques d’exclusion disparaissent et cèdent la place à l’apaisement ", explique Gilles Siméoni à Mathilde Lemaire, de France Info.

 

Jean-Guy Talamoni : "Des idées qui nous font horreur et qui révulsent l’ensemble des Corses"
--'--
--'--

Des représentants de la communauté musulmane étaient également venus "afficher leur soutien et tendre la main ", explique Abdel Mounime el Kalfiououi, responsable de la salle de prière qui a été saccagée vendredi, présent à la caserne ce midi.

 

Toujours dans un même esprit d’apaisement, les responsables nationalistes fraîchement élus devaient se rendre dans le quartier de la cité des Jardins de de l’Empereur, où tout rassemblement a été interdit par la préfecture jusqu’au 4 janvier. Mais ils ont pour le moment repoussé cette visite. Ils devaient en revanche recevoir ce lundi soir les représentants de la communauté musulmane dans les locaux de la collectivité de Corse.

Le reportage à la caserne des pompiers d'Ajaccio de Mathilde Lemaire
--'--
--'--

A LIRE AUSSI ►►► Violences à Ajaccio : garde à vue prolongée pour les deux suspects