Pompiers agressés à Ajaccio : des manifestants saccagent un lieu de culte musulman

Deux pompiers et un policier ont été blessés lors d'échauffourées dans la nuit de jeudi à vendredi dans un quartier sensible d'Ajaccio en Corse, après être tombés dans un "guet-apens", selon les autorités. En réponse, des manifestants ont saccagé vendredi soir une salle de prière musulmane. Manuel Valls et Bernard Cazeneuve ont condamné ces violences.

(Un incendie a été volontairement allumé dans le quartier des Jardins de l'empereur dans la nuit de jeudi à vendredi © MaxPPP)

Tout a commencé dans la nuit de jeudi à vendredi dans le quartier sensible des Jardins de l'Empereur à Ajaccio. Les pompiers sont appelés vers 1 heure du matin pour intervenir sur un incendie "volontairement allumé sur le terrain du Citystade" , précise le sous-préfet François Lalanne dans un communiqué, évoquant "un guet-apens".  

"De nombreux jeunes encagoulés" s'en prennent aux pompiers, brisant les vitres de leur véhicule d'intervention. Deux hommes sont alors blessés, notamment par des éclats de verre. Des échauffourées opposant des "casseurs" et les forces de l'ordre éclatent jusqu'à 2h45. Un policier est à son tour "légèrement" blessé. Une batte de baseball, des clubs de golf et une bouteille d'acide sont saisis, mais aucune interpellation n'a lieu.

"Inacceptable" pour Manuel Valls

Vendredi, environ 600 personnes se sont rassemblées devant la préfecture d'Ajaccio en soutien aux pompiers et au policier blessés. 

Mais l'ambiance s'est rapidement tendue, quand environ 250 à 300 d'entre elles se sont dirigées vers le quartier des Jardins de l'Empereur.

Des manifestants ont saccagé une salle de prière musulmane et tenté de mettre le feu à des exemplaire du Coran. La terrasse d'un restaurant kebab a également été endommagée. Les incidents ont pris fin vers 21 heures. Sur son compte Twitter, le Premier ministre Manuel Valls a condamné "une profanation inacceptable". 

►►► Violences à Ajaccio : l'incompréhension des responsables locaux

Dans un communiqué, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a lui aussi condamné l'agression des pompiers et des policiers ainsi que le saccage du lieu de culte musulman, "exactions intolérables aux relents de racisme et de xénophobie" . Interrogé vendredi soir sur France Info, le maire Les Républicains d'Ajaccio, Laurent Marcangeli, a appelé au calme.

"Il est nécessaire que les auteurs de cette attaque soient identifiés le plus rapidement possible. Ce qui s'est passé est très grave", affirme le maire d'Ajaccio sur France Info
--'--
--'--