Le nombre de discothèques a diminué de moitié en trente ans

C'est ce qu'affirme "Le Parisien", qui cite une étude de la Sacem.

Alors que l\'on dénombrait près de 4 000 discothèques dans les années 1980, il n\'en reste plus que 2 200 sur l\'ensemble du territoire.
Alors que l'on dénombrait près de 4 000 discothèques dans les années 1980, il n'en reste plus que 2 200 sur l'ensemble du territoire. (CAREY RUSSELL / FLICKR / GETTY IMAGES)

Lorsqu'il s'agit d'aller danser, les Français ont de moins en moins de choix. Selon une étude de la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (Sacem) à paraître mardi 27 mai, et révélée par Le Parisien (article réservé aux abonnés), le nombre de discothèques a diminué de près de 50% en trente ans. Alors que l'on en dénombrait près de 4 000 dans les années 1980, il n'en reste plus que 2 200 sur l'ensemble du territoire, indique l'étude.

Victimes de la concurrence des soirées à domicile

La situation s'est particulièrement dégradée entre 2008 et 2010 : "Sur ces trois ans, 800 discothèques ont fermé, et le chiffre d'affaires a chuté de 30%", explique une analyste de la Sacem citée par Le Parisien. Le quotidien affirme que le durcissement des réglementations sur l'alcool, le tabac et les nuisances sonores n'a "rien arrangé" pour les professionnels du secteur, qui ont été obligés de sortir le chéquier pour s'adapter. Crise oblige, les jeunes adultes déserteraient aussi les boîtes de nuit pour organiser leurs propres soirées à domicile, moins onéreuses.

Si les discothèques sont moins nombreuses qu'à l'époque d'Emile & Images, elles sont en revanche plus grandes. Près de 30% peuvent accueillir plus de 500 personnes, affirme l'étude.