Le directeur de la Croix-Rouge française démissionne

Le directeur général de la Croix-Rouge française va quitter son poste, en raison de "vues divergentes et non réconciliables" avec son président sur la stratégie de l'association, qui vient d'être rappelée à l'ordre par l'Inspection du travail, a annoncé la Croix-Rouge ce mardi.

(Entre le directeur de la Croix-Rouge Stéphane Mantion (à gauche sur la photo) et le président Jean-Jacques Eledjam, la rupture est consommée. © Maxppp)

"Le président de la Croix-Rouge française, le professeur Jean-Jacques Eledjam, et Stéphane Mantion, son directeur général, avaient depuis plusieurs mois des vues divergentes et non réconciliables sur la stratégie de la CRF. Ce qui les a conduits, le mois dernier, à engager une rupture conventionnelle  (...) Cette décision a été prise d'un commun accord ."

Le communiqué de la Croix-Rouge montre les dissensions qui existent entre les deux dirigeants de l'association récemment épinglée par l'Inspection du travail. Cette dernière avait rendu, fin mars, un rapport sévère sur le non respect par l'association de la législation sur le temps de travail. Y était notamment décrite une organisation du travail "illégale, dangereuse et pathogène" concernant plus de 300 des 480 salariés du siège de la Croix-Rouge à Paris. L'association compte au total 18.000 salariés.

Rencontre entre l'intersyndicale et la direction

La Croix-Rouge, experte en matière d'urgence et de secourisme, s'est défendue en expliquant être "malheureusement confrontée depuis de nombreuses années " à "la question des heures supplémentaires ", une situation liée à son "identité " et "à sa mission: sauver des vies ". Assurant travailler à trouver des solutions, la direction a rendez-vous prochainement avec le ministre du Travail.

A LIRE AUSSI ►►► Expliquez nous... la Croix-Rouge

 

L'intersyndicale de la Croix-Rouge française doit, pour sa part, rencontrer les 25 et 30 juin la direction des ressources humaines afin de discuter des indemnisations du préjudice subi par les salariés.