La Monnaie de Paris vient de créer une "Médaille du baccalauréat" avec Marianne et branches de laurier

Outre leur diplôme de papier, les lauréats 2009 pourront désormais avoir une médaille personnalisée avec la gravure du nom et prénom et éventuellement la mention.Avant d'en faire la demande, reste à passer les épreuves. Les élèves des séries générale et technologique vont plancher du 18 au 24 juin ; ceux du bac professionnel, du 22 au 26 juin.

622.322 candidats vont tenter de décrocher le baccalauréat cette année
622.322 candidats vont tenter de décrocher le baccalauréat cette année

Outre leur diplôme de papier, les lauréats 2009 pourront désormais avoir une médaille personnalisée avec la gravure du nom et prénom et éventuellement la mention.

Avant d'en faire la demande, reste à passer les épreuves. Les élèves des séries générale et technologique vont plancher du 18 au 24 juin ; ceux du bac professionnel, du 22 au 26 juin.

Dès le 7 juillet, les candidats sauront s'ils ont obtenu le diplôme du premier coup ou s'ils doivent passer l'oral de rattrapage. Les résultats seront communiqués par affichage dans les établissements et disponibles gratuitement sur le site www.education.gouv.fr. Ils tomberont le samedi 11 juillet pour ceux qui vont au rattrapage.

Etat des lieux
Dans les séries générales, la filière scientifique domine toujours et regroupe une majorité de candidats (51%), plus que les deux autres réunies, l'économique (32%) et la littéraire, en baisse (17%). Côté baccalauréat technologique, la série SMS (sciences médico-sociales) est devenue ST2S (sciences et technologies de la santé et du social). Quant aux lycéens de la voie professionnelle, ils se répartissent dans 66 spécialités, dont deux nouvelles, "artisanat et métiers d'art, option marchandisage visuel" et "technicien géomètre topographe".

22 langues vivantes étrangères peuvent faire l'objet d'une épreuve obligatoire, 24 autres d'une épreuve facultative uniquement, ainsi que 11 langues régionales. Après expérimentation en 2008, la possibilité de présenter la langue des signes comme épreuve facultative a été généralisée.

En 2008, avec 519.000 lauréats (518.895 lycéens) sur 622 000 candidats, le taux de réussite avait atteint 83,3 %. Le nombre total de bacheliers était inférieur à celui de la session précédente avec 519 000 admis (5 400 de moins qu"en 2007).

La baisse du nombre d"admis rapportée à la session précédente concernait les trois voies : générale (- 2 000), technologique et professionnelle (- 1 700 bacheliers dans l"une et l"autre). Sur 100 bacheliers, 54 élèves avaient décroché un bac général, 26 un bac technologique et 20 un bac professionnel.

Eviter tout stress durant les épreuves

Entre parents ou proches bien intentionnés et sites internet, les postulants ne manqueront pas de sources d'informations pour se préparer et tenir bon jusqu'à l'issue des épreuves. France-examen.com ou encore Studyrama.com égrennent entre autres conseils : bien mettre son réveil, suffisamment à l'avance et ne pas hésiter à multiplier les dispositifs pour les plus rétifs aux réveils matinaux, ne pas oublier son stylo, sa montre, sa convocation et une pièce d'identité. Autres sages précautions : bien repérer et minuter son itinéraire.

Certains matériels sont interdits rappellent par ailleurs les sites : téléphones portables, agendas électroniques, dictionnaires et ordinateurs ; d'autres sont autorisés voire indispensables pour les épreuves de mathématiques notamment : calculatrices de poche, y compris les programmables, alphanumériques ou à écran graphique.

Côté restauration, opter pour une alimentation équilibrée comme celle des sportifs : éviter tout grignotage et les aliments gras, ne pas sauter de repas, privilégiez les vitamines C au lever (orange pressée plutôt que cachet) et les sucres lents au dîner (pains, céréales, légumes secs) qui assurent la performance sur la durée. Les jours des épreuves, on prévoit une bouteille d'eau, un fruit et/ou une barre de céréales, un anti-migraineux et un cachet contre le mal de ventre, en cas de besoin.

Meilleure arme contre l'anxiété, dormir suffisamment et pour les plus stressés, il est toujours possible de se tourner vers des méthodes douces et naturelles telles la réflexologie plantaire ou les massages.

L'étudiant.fr met en avant les recommandations d'un psychiatre spécialiste de l'adolescence : "écouter de la musique, prendre un bain chaud, boire une tisane, lire un roman, marcher, regarder sa série télé préférée, cela permet de faire une pause, de détendre son esprit, de relâcher les tensions musculaires".

Lourde organisation pour l'Education Nationale

Le début des épreuves a encore été repoussé de deux jours, cette année, après l'avoir déjà été l'an dernier d'une semaine, afin que les lycéens de seconde et première et les collégiens, puissent continuer à travailler le plus longtemps que possible avant les vacances.
Au total, 149.500 examinateurs et correcteurs setont mobilisés pour 4.428 centres d'examen en France. 4.880 sujets ont été élaborés et près de 4 millions de copies seront à corriger.


Le bac suffisant pour gagner sa vie ?

Si la réponse à cette question dépend des situations personnelles et géographiques de chacun, l'écart entre le revenu les titulaires du bac et du CAP ou BEP tend à se réduire d'après une étude publiée mercredi, par l'Insee, et réalisée avec la Dares (service statistiques du ministère de l'Emploi), la DEPP (direction de l'évaluation) et le Céreq (Centre d'études et de recherches sur les qualifications).

La rémunération des bacheliers est même inférieure par rapport à certains CAP ou BEP demandés dans l'industrie. Un paramètre qui accrédite l'idée "d'un déclassement ou d'une dévalorisation du baccalauréat", soulignent les auteurs de l'enquête.

En 2007, le salaire mensuel net médian des jeunes ayant cessé les études au bac étaient de 1.170 euros, celui des titulaires de CAP ou BEP de 1.110 euros et celui des jeunes peu diplômés de 1.060 euros, autrement dit 50% des bacheliers gagnaient moins de 1.170 euros et 50% gagnaient plus. Le Smic était à l'époque d'environ 1.000 euros.

"Parmi les diplômés de l'enseignement supérieur court et les bacheliers sortis de formation initiale au début des années 1990, certains peinent encore en 2007 à trouver des emplois qualifiés" (cadres, professions intermédiaires), révèle l'étude. "La proportion d'emplois non qualifiés a fortement progressé chez les jeunes bacheliers, passant de 11% à 29% entre 1990 et 1997", note-t-elle, relevant que "à niveau de formation donné, toutes les générations occupent des emplois moins qualifiés en 2007 qu'en 1983", une dégradation qui remonte aux années 1990.

Le bac reste un rite de passage clé en France contrairement à d'autres pays qui préviligient l'entrée à l'université

De l'aveu même de Xavier Darcos, le ministre de l'Education national, le baccalauréat qui a fêté ses 200 ans l'an dernier, est un "monument du sytème éducatif qui a su s'ouvrir progressivement à des générations toujours plus nombreuses".

Basé sur des épreuves terminales, et non sur le contrôle continu, le bac est sélectif en France, mais pas l'université souligne Eric Charbonnier, expert des questions d'éducation à l'Organisation de coopération et de développement économiques.

"C'est une spécificité française car dans la plupart des pays de l'OCDE, l'université est sélective. Les jeunes y sont plus stressés par l'examen d'entrée à l'université que par le bac" détaille le spécialiste qui précise "Au Japon par exemple, 90% d'une classe d'âge a le bac , mais 45% seulement poursuivent des études, les autres vont vers le marché du travail. La quasi-totalité de ceux qui vont à l'université obtiennent leur diplôme. En France, tous les bacheliers ont le droit de s'inscrire à l'université, mais 64% seulement de ceux qui sont inscrits en premier cycle obtiennent leur licence".