Volkswagen : le parquet de Paris ouvre une enquête pour tromperie aggravée

Après la plainte d'un élu écologiste francilien et considérant tout ce qui a été dit et tout ce qui a été reconnu par le constructeur allemand, le parquet de Paris a décidé d'ouvrir une enquête préliminaire pour tromperie aggravée en l’occurrence pour mise sur le marché de marchandises dangereuses pour la santé de l'homme.

(Les moteurs concernés sont des diesel version 1,2 l TDI, 1,6 l TDI et 2,0 l TDI © REUTERS / Wolfgang Rattay)

L'écologiste Pierre Serne, vice-président du conseil régional d'Ile-de-France, a porté plainte la semaine dernière, en tant qu'élu comme le prévoit le code de procédure pénal. Il a un rôle d'alerte, le droit de saisir la justice. Le parquet s'appuie donc sur cette plainte mais aussi sur tout ce que l'on sait de cette affaire pour ouvrir une enquête préliminaire qui concerne le million de voitures vendues en France. Elle a été confiée aux gendarmes de l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique et à l'office anticorruption de la police judiciaire.

Pierre Serne, qui a porté plainte, se félicite de l'ouverture de l'enquête
--'--
--'--

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes a également ouvert une enquête pour déterminer si Volkswagen a manipulé ses émissions polluantes en France, comme il l'a fait aux Etats-Unis.

Des particuliers commencent à porter plainte

Révélée le 18 septembre par les autorités américaines de protection de l'environnement, l'affaire porte sur la manipulation des tests des émissions polluantes des véhicules diesels de la marque allemande. Des clients français de Volkswagen ont déjà annoncé par l'intermédiaire de leur avocat avoir l'intention de déposer une plainte. 

A LIRE AUSSI ►►► Moteurs diesel Volkswagen truqués : 948.064 véhicules concernés en France

A LIRE AUSSI ►►► Volkswagen : premières plaintes de particuliers en France