Vol de cocaïne à la PJ : le suspect reste muet

Entendu par la police des polices, le brigadier soupçonné d'avoir dérobé 52 kilogrammes de cocaïne au 36 Quai des Orfèvres ne livre rien.

(Les enquêteurs cherchent à comprendre comment le suspect a pu sortir le stock de cocaïne du 36 © MAXPPP)

 Les policiers de la "police des polices", l'Inspection générale de la police nationale, tentent toujours d'obtenir des informations auprès du policier suspecté d'avoir dérobé 52 kilos de cocaïne au 36 Quai des Orfèvres, le siège de la police judiciaire parisienne.

Âgé de 34 ans, ce policier modèle en poste à la brigade des stupéfiants du "36", avait été interpellé samedi matin à Perpgignan, puis suspendu de ses fonctions à titre conservatoire par le ministre de l'Intérieur. Entendu sous le régime de la garde à vue par l'Inspection générale de la police nationale, il est selon une source proche de l'enquête "peu disert " sur les faits, "quasi muet " et se comporte même "comme un cador ".

Deux millions d'euros de cocaïne dans la nature

Les enquêteurs cherchent à comprendre comment le suspect a pu voler aussi facilement ce stock de cocaïne, entreposé dans une salle des scellés depuis leur saisie début juillet par la brigade des stupéfiants. La salle n'a pas été forcée et seules trois personnes en détenaient la clef. Selon la source proche de l'enquête citée par l'AFP, le brigadier s'y est rendu "sous des prétextes futiles ", avant le vol présumé. Dans la nuit du 24 au 25 juillet, le suspect était sorti du bâtiment chargé de sacs plein à ras bord.

La drogue n'a pas été retrouvée, et les enquêteurs vont devoir faire vite : le pactole est estimé à deux millions d'euros à la revente.