Cet article date de plus de sept ans.

Vidéo "13h15". Justice : des violences vécues dans le bureau du juge des enfants

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
13h15 le samedi. Justice : des violences vécues dans le bureau du juge des enfants -
13h15 le samedi. Justice : des violences vécues dans le bureau du juge des enfants 13h15 le samedi. Justice : des violences vécues dans le bureau du juge des enfants - ()
Article rédigé par France 2
France Télévisions
France 2

Michel Gueller, juge des enfants au tribunal de Mulhouse (Haut-Rhin), peut être confronté à la violence physique dans son bureau, suite à une décision de placement par exemple… Il reconnaît aussi qu’une telle mesure est parfois une violence "sans équivalent" faite à certaines familles. Extrait de "13h15 le samedi" du 8 octobre.

Après avoir argumenté et rédigé ses conclusions après l’audience, le juge des enfants Michel Gueller rend son jugement en direct face aux parents. Et cela l’expose parfois physiquement. Il y a déjà eu de la violence dans son bureau du tribunal de Mulhouse (Haut-Rhin).

"Elle s’est exercée par des menaces, des bousculades, des jets d’objets… se rappelle-t-il. J’ai un mineur qui m’a craché au visage en me traitant de 'sale fils de pute de juge'… Un père, déjà condamné par une cour d’assises pour meurtre, m’a dit qu’il connaissait le trajet que j’emprunte pour aller à la gare… Il a fait passer le message…"

"Cela peut créer un état de tension très important"

"C’est sûr que la violence faite à certaines familles au travers d’une décision de placement est une violence sans équivalent. Il y a des décisions qui, au fond, soulagent les parents. Ils adhèrent sans pouvoir le dire, mais on le sent…" explique le juge Gueller qui a le pouvoir de retirer la garde des enfants à leurs parents.

"Il y a d’autres situations où ils ne comprennent effectivement pas la décision du juge des enfants. Cela peut créer un état de tension très important. Il ne faut pas prendre ces décisions sans les avoir réfléchies. Il faut le faire en ayant la conviction que c’est dans l’intérêt de l’enfant. Il faut être en capacité de l’expliquer, de le motiver et de l’écrire", précise-t-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.