Cet article date de plus de quatre ans.

Un questionnaire sur la "culture et les populations" d'Outre-mer fait polémique au ministère de la Justice

Certains éléments d'un questionnaire, destiné à des membres de la mission Outre-mer rattachés au ministère de la Justice, multiplie les clichés. La chancellerie l'a déclaré "nul et non avenu".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le ministère de la Justice, place Vendôme à Paris, le 23 mars 2017. (PHOTO12 / GILLES TARGAT / AFP)

Un document qui pose question. Dans le cadre d'une étude sur "les terroristes et radicalisés islamistes venant d'Outre-mer et incarcérés en métropole", la mission Outre-mer (MOM) a diffusé à ses membres, rattachés au ministère de la Justice, un questionnaire "pour permettre de dresser le 'portrait' d'un habitant de chaque territoire" ultramarin, afin de dégager "l'émergence de 'profil'". Ce questionnaire interne a été diffusé sur le site d'information de M6, vendredi 2 juin. Il a été rédigé par une psycho-criminologue de ce service, selon le site de la chaîne de télévision.

"Le Breton est rustre, mais accueillant"

Problème : les questions inscrites dans le document ont provoqué "un vif émoi auprès des personnes interrogées". Et pour cause : le questionnaire demande notamment des renseignements sur les "religions pratiquées sur le territoire", sur "l'organisation sociétale", "la nature des rapports entre les hommes et les femmes", "la nature des rapports avec la métropole".  "L’idée de cet exercice est de permettre de dresser le 'portrait' d’un habitant de chaque territoire pour permettre l’émergence d’un 'profil' (un Guadeloupéen c’est ÇA ; un Mahorais c’est ÇA)", peut-on lire.

"Parlez-nous de l'organisation sociétale / communautaire et du lien avec la sphère familiale (matriarcale, patriarcale ; communautaire / ou non ; héritage de la tradition ; éducation ; les tabous…) sur le territoire""Parlez-nous des traits de personnalité / caractère en lien avec la culture et les traditions !", suggère encore le questionnaire. L'exemple suivant est mentionné, "le breton est rustre mais accueillant" [sic].

"Une initiative individuelle", "pas validée par la hiérarchie"

Contacté par franceinfo, Pierre Januel, porte-parole du ministère de la Justice, parle de document "inadapté". "Il s'agit d'une initiative individuelle, qui n'avait pas été validée par la hiérarchie, assure-t-il. Le questionnaire a été envoyé sans validation le 23 mai. Dès qu'il a été porté à sa connaissance (le 30 mai), le directeur interrégional a immédiatement déclaré cette initiative nulle et non avenue et a demandé aux partenaires de ne pas prendre en compte ce questionnaire."

"Je n'arrive pas à croire que de telles inepties ont été rédigées et diffusées au sein de notre ministère", regrette un cadre de la place Vendôme contacté par M6. "Après la théorie du criminel né, allons au bout de la démarche et attendons les fiches 'l'Auvergnat, radin mais solidaire', 'les Ch'tis, alcooliques mais solidaires'. C'est lamentable et détestable", déplore pour sa part le Syndicat national de l'ensemble des personnels de l'administration pénitentiaire (Snepap-FSU).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.