Cet article date de plus de six ans.

Un braqueur condamné fuit au Maroc et nargue la justice

Nabil, reconnu coupable d’avoir braqué une bijouterie à Cannes, s’est enfui au Maroc et poste des photos de ses vacances enrichies sur Facebook.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Les images de Nabil sur les réseaux sociaux © Capture d'écran de H.24info.ma)

Le braqueur d'une bijouterie cannoise, condamné à dix ans de prison il y a une semaine, se la coule douce au Maroc. Sur son profil Facebook, Nabil Ibelati, poste depuis le mois de juin des photos de vacances. Sauf que le ressortissant français a bien été reconnu coupable du braquage de l'horlogerie Kronometry à Cannes le 31 juillet 2013. Ses deux complices ont été arrêtés et condamnés, lui continue de narguer la justice française.

 

Nabil assis sur une belle moto de grosse cylindrée, Nabil grand sourire sur son chameau en balade dans les dunes de Merzouga, ou encore Nabil attablé avec un bon verre de rosé et des grillades. Les vacances de Nabil Ibelati au Maroc ont l'air de se dérouler à merveille. Surtout pour un fugitif condamné à Grasse vendredi dernier à dix ans de prison.

Piscine, drogue et prostituées 

Le ressortissant français profite bien de l'argent du braquage, dont il est l'auteur. 97 montres volées pour un montant total de 1.7 million d'euros. Philippe Tocagnier, procureur adjoint au tribunal de Grande instance de Grasse explique que le fugitif  "a réussi à écouler une grande partie du butin ", il a même "investi dans l’immobilier en achetant une station de lavage, une plage, un appartement etc… ".

 

Nabil Ibelati se fait plaisir et nargue les magistrats azuréens avec ses cartes postales numériques. "On le voit dans des piscines avec des jeunes filles, avec de la drogue, des prostituées ", déplore Philippe Tocagnier. Les deux « gogos » de l'affaire, ce sont l'autre braqueur et le frère de Nabil, qui croupissent en prison sur la Côte d'Azur. Le tribunal de Grasse a décerné un  mandat d'arrêt international. Son exécution dépend du bon vouloir des autorités marocaines mais la justice française a bon espoir de récupérer le braqueur en goguette.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.