Toulouse : deux membres du Bloc identitaire en examen après une agression

Deux hommes de la mouvance du Bloc identitaire ont été mis en examen vendredi à Toulouse et l'un a été placé en détention pour l'agression d'un étudiant chilien, grièvement blessé la nuit du 31 mars au 1er avril à Toulouse.

Gerdarmerie (archives)
Gerdarmerie (archives) (BORIS HORVAT / AFP)

Deux hommes de la mouvance du Bloc identitaire ont été mis en examen vendredi à Toulouse et l'un a été placé en détention pour l'agression d'un étudiant chilien, grièvement blessé la nuit du 31 mars au 1er avril à Toulouse.

Les deux hommes font partie d'un groupe de huit interpellés dans les milieux de l'ultra-droite nationaliste mercredi à la suite de trois mois d'enquête sur le groupe qui s'était battu au centre-ville de Toulouse avec des militants de gauche à coups de battes de base-ball, avant de s'en prendre à Manuel Andres Pardo, un étudiant chilien de 36 ans.

Les deux hommes ont été mis en examen pour "participation à un groupement en vue de commettre des violences ou des dégradations", a indiqué le procureur de la République de Toulouse Michel Valet. Ils ont tous deux été mis en examen "pour violences en réunion". Celui qui a été placé en détention est soupçonné d'avoir porté les coups à l'étudiant chilien, provoquant "une incapacité de travail de plus de 8 jours".

M. Pardo, victime d'une fracture du crâne en tombant à terre sous les coups de son agresseur, est rhospitalisé depuis plus de deux mois, et selon le quotidien La Dépêche du Midi il souffre d'hémiplégie.

Parmi les personnes mises en examen figure, selon la Dépêche du Midi, le chef de file du Bloc identitaire toulousain, Matthieu Clique.

Matthieu Clique est une figure locale de l'extrême droite. Engagé dans une association de lutte contre l'avortement, il est le leader des Jeunesses identitaires toulousaines. Il est secrétaire de l'association Toulouse identité, précise le quotidien.