Cet article date de plus de deux ans.

L'état de santé de Tariq Ramadan reste compatible avec sa détention, selon la dernière expertise médicale

L'islamologue suisse, mis en examen pour "viol" et "viol sur personne vulnérable", souffre d'une sclérose en plaques.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'islamologue suisse Tariq Ramadan le 26 mars 2016 à Bordeaux. (MEHDI FEDOUACH / AFP)

L'état de santé de Tariq Ramadan reste compatible avec sa détention, selon la dernière expertise médicale réalisée, a appris franceinfo jeudi 27 septembre de source proche du dossier.

Les experts précisent toutefois que "monsieur Ramadan doit continuer à bénéficier en détention à l'accès aux soins, c'est-à-dire au traitement qui lui a été prescrit et à la prise en charge qui lui est associée" et qui inclut un suivi neuro-urologique, psychothérapique et kinésithérapique, selon les médecins qui l'ont examiné. Ils ajoutent que "Tariq Ramadan ne pourrait bénéficier, hors détention, d'autres possibilités thérapeutiques".

Plusieurs demandes de remise en liberté rejetées

Le théologien suisse, incarcéré à l'hôpital pénitentiaire de Fresnes, dans le Val-de-Marne, souffre d'une sclérose en plaques. Son traitement a jusqu'ici été jugé compatible avec la détention, malgré plusieurs demandes de remise en liberté de ses avocats.

Tariq Ramadan a été mis en examen et incarcéré le 2 février pour "viol" et "viol sur personne vulnérable", après les plaintes d'Henda Ayari et d'une autre femme, surnommée Christelle. Par ailleurs, une troisième femme, Mounia Rabbouj, l'accuse également de viols et l'islamologue a été placé sous le statut de témoin assisté dans ce volet. Tariq Ramadan clame son innocence.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.