Cet article date de plus de cinq ans.

Suspension du patron de la PJ : "Rien d'infâmant", pour son avocate

Pour la première fois depuis le début de l'affaire, Me Anne-Laure Compoint, l'avocate de Bernard Petit, s'est exprimée vendredi, sur France Info. Pour y apporter quelques précisions sur les mesures qui frappent son client. Elle a insisté sur le fait que la suspension conservatoire de ses fonctions est "une sanction administrative" et non une "sanction disciplinaire"
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Bernard Petit a été limogé hier de la direction de la PJ parisienne © SIPA/ Jérôme Mars)

Il faudra bien faire le "distingo entre l'aspect judiciaire, une mise en examen où l'on est présumé innocent et où on fournit ses explications, et l'aspect administratif de cette affaire qui de toute façon s'imposait au regard de l'érgonomie de l'enquête, qui est juste une mesure conservatoire où on suspend administrativement ",  a expliqué Me Anne-Laure Compoint, l'avocate de Bernard Petit, le désormais ex-directeur de la PJ parisienne. C'est la première fois qu'elle parle depuis le début de l'affaire.

"On n'est pas du tout dans le cas d'une sanction disciplinaire ", a-t-elle martelé. Elle juge qu'il n'y a rien d'ailleurs d'"infâmant" à cela.

 

Me Anne-Laure Compoint, l'avocate de Bernard Petit, répond aux questions de Stéphane Pair
--'--
--'--
 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.