Cet article date de plus de dix ans.

Révélations un an après la mort de deux otages français au Niger

Le 8 janvier 2011, Vincent Delory et Antoine de Léocour étaient enlevés à Niamey. Ils allaient trouver la mort le lendemain dans l’assaut des forces spéciales françaises. L’enquête progresse grâce aux témoignages de membres d’Aqmi consultés par des magistrats français.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Pascal Rossignol Reuters)

Les
magistrats français ont récupéré fin novembre des auditions menées en Mauritanie; 
celles de membres du même réseau que celui des ravisseurs des deux Français, interpellés
dans  une autre affaire de terrorisme. Dans
ces auditions, ils racontent  avec force
détails, ils donnent les noms des huit membres du commando, et en particulier le
nom de celui qui s'est chargé d'exécuter 
Antoine  de Léocour. lls
désignent aussi l'armée française comme seule responsable des tirs qui ont provoqué
l'incendie du véhicule 4X4 dans lequel se trouvait encore Vincent Delory. Plus curieux encore, ils livrent les adresses de ceux qui ont hébergé par la suite  les trois 
fuyards qui ont survécu  à
l'opération française. Pour Franck Berton, l'avocat de la famille  Delory, 
cela mérite des investigations et de nouvelles questions auxquelles le ministère
de la Défense  doit répondre. L'avocat
lillois entend demander à nouveau que soit levé le secret défense sur
l'intégralité de  la bande vidéo
originale de l'attaque  et que tous les
militaires sur le terrain soient entendus par la justice.

Révélations et questions aussi sur l'assaut

Des questions se posent également sur l'intervention des forces spéciales françaises, et plus spécifiquement sur le fait qu'il semble que les soldats français ne portaient pas de gilets pare-balles.  Est-ce que c'est cela qui expliquerait qu'ils n'aient  pu sauver aucun des deux otages? C'est en tout cas la question que se pose la soeur de l'un d'entre eux, Annabelle Delory. Pour la première fois, elle a accepté de révéler le contenu d'une rencontre l'été dernier avec l'un des patrons français des commandos  des forces spéciales qui sont intervenus au Niger.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.