Cet article date de plus de neuf ans.

Procès de l'Ecole en bateau : Kameneff passe enfin aux aveux

Après 18 ans de déni, Léonide Kameneff a craqué ce vendredi, au bout de deux semaines d'audience. Lui qui ne concédait jusque là que des caresses a reconnu, pour la première fois après un témoignage accablant, les faits qui lui étaient reprochés : viols, fellations, sodomies.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Maxppp)

Coup de théâtre devant la Cour d'assises des mineurs : Léonide Kameneff, accusé d'avoir, pendant près de 30 ans, violé les enfants qui avaient embarqué à bord du "Karrek Ven" pour l'Ecole en bateau, a craqué. Ce vendredi matin. "Je prends tout en bloc. Je ressens la très grande souffrance de Fabien, sa détresse et sa culpabilité, et je voudrais l'en décharger : je reconnais tout ce qu'il a dit" .

"Je reconnais tout ce qu'il a dit" (Kameneff)

Pendant deux heures, ledit Fabien avait raconté devant la cour ce qu'il avait subi dans le bateau. Attouchements, caresses, fellations, viols et sodomies. Fabien n'avait que 12 ans.

A terre, alors que les jeunes réparaient le bateau, "ça a commencé par des caresses progressives sur tout le corps" sous la douche, pour "provoquer des érections chez moi en me disant que c'était normal, que ça nous faisait plaisir" .
Sur le bateau, la nuit, dans les couchettes, sont venues les masturbations, les fellations et une tentative de pénétration. "Les souvenirs de ces relations sexuelles sont tellement nombreux que vous comprendrez que c'est flou..." , raconte-t-il.

C'est donc la première fois que le fondateur de l'Ecole en bateau a reconnu les faits. Jusque-là, Kameneff n'avait parlé que de "gestes repréhensibles", pas "pédophiles".

A la reprise de l'audience, dans l'après-midi, Léonide Kameneff a continué d'avouer. Caresses, masturbations, fellations... sur d'autres victimes. "J'espère qu'ils se sentiront mieux" , a-t-il confessé.
"Avez-vous conscience aujourd'hui que ce type de rapport entre adultes et enfants est destructeur ?" lui a demandé son avocat. "Oui" , a répondu Kameneff.

Il reste encore une semaine de procès. Verdict prévu le 25 mars.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.