"Pour moi, c'était un sanglier" : un chasseur condamné à un an de prison ferme pour avoir tué un randonneur par erreur

Les faits remontent à 2015 et se sont déroulés à Quintal, en Haute-Savoie.

Le massif de Semnoz (Haute-Savoie) où l\'accident a eu lieu en 2015. 
Le massif de Semnoz (Haute-Savoie) où l'accident a eu lieu en 2015.  (GILLES LANSARD / AFP)

Un chasseur a été condamné à trois ans de prison dont un ferme par le tribunal correctionnel d'Annecy, vendredi 28 septmebre, après avoir tué par erreur un randonneur. Les faits remontent à 2015 et se sont déroulés à Quintal (Haute-Savoie). Un couple de traileurs emprunte alors un parcours qu'ils connaissent bien, à travers la forêt, en direction du sommet du Semnoz. Elle, 1m50, est vêtue d'une tenue de sport aux couleurs vives. Lui, 1m83, porte une tenue noire et grise, avec un sac à dos jaune.

Au même moment, tout près de là, un groupe de chasseurs en pleine battue dont une pause au bord d'une route, armes à terre. Un sanglier surgit alors de la forêt, traverse la route et continue sa course de l'autre côté. Un chasseur de 19 ans se saisit d'une arme, court en direction de l'animal et tire sur "une masse sombre en contrebas", sans grande visibilité. Touché à la tête, le traileur de 43 ans, père de famille, est mort sur le coup, dans les bras de sa femme.

"J'ai tiré dans la précipitation et j'ai mal identifié ma cible, a reconnu à la barre le jeune chasseur. Pour moi, c'était un sanglier." "Vous aviez présent à l'esprit le fait qu'il pouvait y avoir d'autres personnes que votre groupe sur les lieux ?", lui a demandé le président Pierre Viard. "Non", répond le jeune homme.