Marseille : un procès pour braconnage dans les calanques

À Marseille (Bouches-du-Rhône), le parc des Calanques réclame pas moins de 450 000 euros à des braconniers, mais aussi à des restaurateurs et des poissonniers. Il leur reproche d'avoir pêché et vendu des espèces prélevées illégalement dans le site protégé.

FRANCE 3

Quatre braconniers de nouveau à la barre pour un procès qui se veut historique. La justice marseillaise va devoir estimer le préjudice écologique de leur braconnage : une première en France. Avec leur bateau, les quatre pêcheurs sous-marins ont écumé les eaux des calanques de Marseille (Bouches-du-Rhône), parc national protégé depuis 2012. Dans leurs filets, plusieurs tonnes de poissons, de poulpes, et d'oursins qu'ils revendaient ensuite illégalement à des poissonniers et à des restaurateurs de la région.

450 000 euros réclamés par le parc national

"Il y a un certain nombre de pêches qui sont illégales, de nuit, et surtout des espèces protégées comme le mérou et le corb. Ce qui est malheureux dans cette affaire, c'est l'implication de professionnels qui détournent la loi pour faire du profit sur la diversité", explique Didier Reault, président du parc national des Calanques. Arrêtés en flagrant délit, les braconniers sont condamnés en 2018 à de la prison avec sursis et de lourdes amendes. Mais il faut maintenant estimer le préjudice écologique. Avec l'aide de scientifiques et d'économistes, le parc national réclame 450 000 euros.

Le JT
Les autres sujets du JT
Quatre braconniers ont été trainés en justice par le parc national des Calanques. Les pêcheurs ont pêché illégalement dans des eaux protégées. La somme de 450 000 euros leur est réclamée pour le préjudice écologique.
Quatre braconniers ont été trainés en justice par le parc national des Calanques. Les pêcheurs ont pêché illégalement dans des eaux protégées. La somme de 450 000 euros leur est réclamée pour le préjudice écologique. (BORIS HORVAT / AFP)