Marseille. Dans l'enfer de la prison des Baumettes

Le contrôleur des prisons, Jean-Marie Delarue, a dénoncé jeudi "l'état désastreux" du centre pénitentiaire des Baumettes. Francetv info vous présente les clichés pris lors de sa visite en octobre.

Le contrôleur des prisons, Jean-Marie Delarue, a visité le centre pénitentiaire des Baumettes du 8 au 19 octobre. Il a publié jeudi 6 décembre une série de clichés de l'intérieur, pris par le photographe Grégoire Korganow. Face à "l'état désastreux" de la prison, une procédure d'urgence a été lancée.

122
Le contrôleur général des lieux de privation de liberté, Jean-Marie Delarue, a dénoncé, jeudi 6 décembre, "une violation grave des droits fondamentaux des personnes" détenues au centre pénitentiaire des Baumettes, à Marseille. GRÉGOIRE KORGANOW / CGLPL
222
Cette cellule de confinement de la maison d'arrêt des hommes est révélatrice des "effroyables conditions matérielles" découvertes par Jean-Marie Delarue. "Nous avons tous partagé un sentiment de révolte", affirme-t-il. GRÉGOIRE KORGANOW / CGLPL
322
Des cellules sont privées d'éclairage, de prise de courant, d'interphone d'urgence, de miroir, de rangement, et des réfrigérateurs sont "infestés de cafards tant à l'intérieur qu'à l'extérieur". GRÉGOIRE KORGANOW / CGLPL
422
L'équipe de Jean-Marie Delarue a découvert que, faute de lavabo en état de marche, "un détenu se servait d'eau depuis trois semaines dans ses toilettes". GRÉGOIRE KORGANOW / CGLPL
522
Jean-Marie Delarue écrit que "trois ou cinq douches sur dix fonctionnent dans des salles de douche crasseuses", ce qui empêche certains détenus de pouvoir se doucher correctement. GRÉGOIRE KORGANOW / CGLPL
622
Une salle de douche de la maison d'arrêt des hommes. En 2012, le budget consacré à "l'hygiène et propreté des détenus" a chuté de 58% par rapport à 2011. GRÉGOIRE KORGANOW / CGLPL
722
L'humidité dans un "entre-deux" cellules d'une coursive de la maison d'arrêt des hommes. "En deux ans, les crédits de maintenance courante ont diminué de près de 26%", écrit Jean-Marie Delarue. GRÉGOIRE KORGANOW / CGLPL
822
L'humidité est aussi présente dans les cellules, comme ici dans la maison d'arrêt des hommes. GRÉGOIRE KORGANOW / CGLPL
922
"Noires de crasse", les coursives sont inondées lors des averses, comme ici dans la maison d'arrêt des hommes. GRÉGOIRE KORGANOW / CGLPL
1022
Au centre de l'image, une averse s'abat en plein cœur de la maison d'arrêt des hommes. GRÉGOIRE KORGANOW / CGLPL
1122
En raison notamment de fenêtres incomplètes, les cellules se transforment parfois en pédiluves. Les détenus y passent pourtant plus de vingt heures par jour. GRÉGOIRE KORGANOW / CGLPL
1222
L'état du parc électrique est tel qu'en 2011, la sous-commission départementale pour la sécurité contre les risques d'incendie a demandé la fermeture de la plus grande partie des Baumettes. L'administration n'y a pas donné suite. GRÉGOIRE KORGANOW / CGLPL
1322
"Seuls 100 détenus privilégiés sur 1 800 ont le droit à une plaque chauffante", rapporte Jean-Marie Delarue, à cause de la faiblesse des capacités électriques des Baumettes. "Evidemment, tout cela se monnaye entre les détenus." GRÉGOIRE KORGANOW / CGLPL
1422
Les coupures de courant sont fréquentes aux Baumettes, obligeant parfois les surveillants à faire leurs rondes de nuit avec des lampes de poche qu'ils doivent apporter de chez eux. GRÉGOIRE KORGANOW / CGLPL
1522
Les couloirs conduisant aux cours de promenade sont couverts de déchets jetés par les détenus depuis leurs cellules. "Le traitement des déchets est problématique, écrit Jean-Marie Delarue, et les monte-charge sont très fréquemment en panne." GRÉGOIRE KORGANOW / CGLPL
1622
"A Marseille, quand il pleut, il pleut fort", note Jean-Marie Delarue avec ironie. GRÉGOIRE KORGANOW / CGLPL
1722
De jour comme de nuit, des rats apparaissent, comme ici dans une cour de promenade de la maison d'arrêt des hommes. Il y a une dizaine d'années, les rongeurs avaient été éliminés en faisant entrer des chats aux Baumettes. GRÉGOIRE KORGANOW / CGLPL
1822
Jean-Marie Delarue constate que "l'état des bâtiments est vécu comme une fatalité par une bonne partie des agents". GRÉGOIRE KORGANOW / CGLPL
1922
Pour le contrôleur des prisons, il faut "revoir les modalités de distribution des repas, notamment pour assurer le respect des règles d'hygiène". GRÉGOIRE KORGANOW / CGLPL
2022
"Ce n'est pas en les faisant vivre comme des animaux qu'on leur permettra de se réinsérer", insiste Jean-Marie Delarue. GRÉGOIRE KORGANOW / CGLPL
2122
Les repas sont pris en cellule. Les détenus ont la possibilité d'acheter des aliments en plus à la "cantine", même si "des biens disparaissent en quantité importante". GRÉGOIRE KORGANOW / CGLPL
2222
Une salle de parloir. "Les greffiers des juges de l'application des peines et les infirmiers du service psychiatrique refusent catégoriquement de mettre les pieds en détention", écrit Jean-Marie Delarue. GRÉGOIRE KORGANOW / CGLPL