L’homme suspecté de préparer un attentat refuse son extradition en France

Le Français arrêté dimanche à Rotterdam et soupçonné d'être impliqué dans la préparation d'un attentat en France s'oppose à son extradition demandée par Paris.

(Ce Français né à Montreuil, près de Paris, et domicilié dans le Val-de-Marne, un département de la région parisienne, avait été interpellé dimanche à Rotterdam (Pays-Bas) à la demande de Paris © MaxPPP)

Soupçonné par la justice française d’être impliqué dans la préparation d’un attentat sur le sol français et arrêté dimanche à Rotterdam, celui que les médias néerlandais identifient comme "Anis B." refuse son extradition des Pays-Bas vers la France.

90 jours pour examiner la demande d'extradition

L'homme de 32 ans restera donc pour le moment en détention aux Pays-Bas : la justice a désormais 90 jours pour examiner la demande d'extradition transmise par la France.

A LIRE AUSSI ►►►Prolongation exceptionnelle de Reda Kriket

La justice néerlandaise lui a interdit tout contact avec des personnes autres que ses avocats. Il doit comparaître à nouveau d'ici 60 jours, mais aucune date n'a encore été communiquée pour cette audience. 

Interpellé dimanche dernier à Rotterdam

"Anis B." est soupçonné d'avoir été mandaté par Daech pour commettre un attentat en France avec Reda Kriket, un ex-braqueur âgé de 34 ans arrêté jeudi dernier en France. Né à Montreuil, près de Paris, et domicilié dans le Val-de-Marne, "Anis B." avait été interpellé dimanche dernier à Rotterdam, aux Pays-Bas, à la demande de la France. Cette affaire est distincte de l'enquête sur les attentats de Paris et Bruxelles, même si certains liens entre des protagonistes ont pu être établis.