Cet article date de plus d'un an.

Le chanteur marocain Saad Lamjarred condamné à six ans de prison pour viol à Paris

L'artiste, célèbre dans tout le monde arabe, a été reconnu coupable d'avoir violé et frappé une femme dans une chambre d'hôtel en 2016.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le chanteur marocain Saad Lamjarred à la cour d'assises de Paris, le 21 février 2023. (BERTRAND GUAY / AFP)

La cour d'assises de Paris s'est dite vendredi 24 février "convaincue" que le chanteur Saad Lamjarred avait violé et frappé une jeune femme dans une chambre d'hôtel en 2016. Elle l'a condamné à six ans de prison. Le verdict a été rendu vers 18 heures dans le silence d'une petite salle d'audience pourtant bondée, curieux et fans ayant attendu toute la journée dans les couloirs du palais de justice.

A l'énoncé de la peine, l'artiste de 37 ans, célèbre dans tout le monde arabe, s'est levé, blême et sans dire un mot. De son côté, la partie civile, Laura P., a fondu en larmes dans les bras de sa mère.

La présidente, Frédérique Aline, a souligné dans son verdict les déclarations "variables et évolutives" de celui qui était "massivement alcoolisé" et sous cocaïne au moment des faits. Au fil de l'enquête, il avait expliqué que Laura P. était "bourrée", alors qu'elle ne boit pas d'alcool, puis qu'elle avait voulu lui soutirer de l'argent, pour enfin dire à l'audience qu'elle "avait dû se tromper".

Plusieurs autres accusations de viol

Au cours de ce procès, Saad Lamjarred a refusé d'évoquer les autres affaires dans lesquelles il est cité. Il sera jugé devant les assises du Var, accusé d'avoir violé dans sa chambre d'hôtel une jeune femme rencontrée dans une boîte de nuit de Saint-Tropez, en 2018.

"J'ai aussi parlé pour toutes les autres victimes, j'espère que ça leur a ouvert les yeux", a déclaré Laura P., "soulagée d'avoir été enfin entendue" après le verdict. Les avocats de Saad Lamjarred, Jean-Marc Fédida et Thierry Herzog, n'ont pas souhaité commenter l'issue du procès, et doivent "réfléchir" avant de se décider sur un potentiel appel.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.