Cet article date de plus de neuf ans.

Le CE de la RATP dans le viseur de la Cour des comptes

Une enquête préliminaire pour "abus de confiance" a été ouverte début septembre par le parquet de Paris.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Station de métro de Belleville (Paris), le 31 mars 2011. (TRIPELON / JARRY / AFP)

Le problème va visiblement plus loin qu'un simple manque de rigueur. Dans un rapport révélé mardi 6 décembre Le Parisien, la Cour des comptes épingle le comité d'entreprise (CE) de la RATP. 

L'institution a d'ailleurs déjà saisi le parquet de Paris mi-juillet pour l'alerter de la situation et une enquête préliminaire a été ouverte le 5 septembre sur des faits présumés d'"abus de confiance, de mise en danger de la vie d'autrui, de délit d'entrave et de faux".

Les élus du CE nient toute malversation

"Les déséquilibres de la gouvernance, la faiblesse des outils de gestion et des procédures de contrôle, au demeurant souvent contournées, ainsi que les dysfonctionnements de la gestion du personnel salarié caractérisent le comité central d’entreprise", dénonce la Cour. Les magistrats évoquent même des surfacturations suspectes, à en croire Le Parisien.

Les élus du comité d’entreprise, dirigé par la CGT et l'Unsa, nient toute malversation. Le CE s'est "doté d'outils de gestion efficaces et performants qui seront adaptés afin de garantir la maîtrise de l'exécution budgétaire dans la nouvelle organisation", assure le comité d’entreprise de la RATP. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.